Une âme parmi les autres

Mon royaume et son ambiance

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Une âme parmi les autres > Mon royaume et son ambiance

mardi 14 octobre 2008

Il y a plus d’un demi-siècle – déjà ! – des individus sans scrupules m’abandonnèrent à ma mère et à ma grand-mère. A ma connaissance, ils ne furent jamais inquiétés…

(soyons juste, essayons tout au moins. Il y avait également parfois autour de moi mes grandes soeurs, l’ouvrier agricole de la ferme – vieux célibataire qui finit ses jours comme éclusier avant de glisser dans l’eau une nuit, et puis mon père)

Je ne sais plus qui a écrit un jour « on devient adulte lorsqu’on a pardonné à ses parents ». Mon problème, c’est que je manque de motivation parce qu’enfant, je ne sais pour quelles raisons, je me suis pris de haine pour le "monde des adultes" (j’ai fais des progrès depuis, la haine s’est largement transformée en mépris). Je n’ai donc jamais éprouvé le moindre désir de devenir adulte, bien au contraire. D’ailleurs je déteste que l’on me dise « bonjour, monsieur ! » et moi-même je ne le dis jamais, pas plus que « bonjour, madame ! », cela me demanderait d’énormes efforts dont je ne vois nulle part la nécessité. Je dis « bonjour ! » simplement, quels que soient les cironstances et mes interlocuteurs, et ce "bonjour" lui-même est souvent si difficile qu’il reste inaudible.

Plus inquiétant est le fait que je ne dise jamais « bonjour, Jacques ! », « bonjour, Isabelle ! »… alors que je suis très sensible à un « bonjour, François ! », en particulier lorsqu’il vient de quelqu’un dont j’ai oublié le prénom – ce qui n’est pas rare ; dame, à force de ne pas les prononcer !

 
Mon royaume n’est décidément pas de ce monde présent mais du domaine du rêve, je le crains !

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0