Une âme parmi les autres

Scène de panique ordinaire

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Une âme parmi les autres > Scène de panique ordinaire

mercredi 29 octobre 2008

Il est monté sur la scène et s’est approché du micro, mais pas assez. Comme il est d’usage, il a présenté en deux mots la chanson qu’il allait interpréter, sans se rendre compte que sa voix n’était pas bien retransmise (le son, dans le "retour", parvenait bien à son oreille pourtant). Quelqu’un s’est approché et l’a poussé doucement, alors tout à coup il s’est mis à entendre le "retour". Un instant de silence pour essayer de bien retrouver son chant et de l’attaquer correctement, puis il s’y est mis, mais n’est pas vraiment "entré dedans" comme lors de la soirée de sélection où, pendant qu’il chantait, sa jambe droite s’était tant agité, mais où il avait tout oublié sauf son chant qu’il avait pu charger d’émotion (où il avait pu décharger ses sentiments – c’est pour cela qu’il chante cette chanson-là depuis des années, depuis qu’il s’est mis à chanter).

Au milieu du second couplet, il s’est arrêté brusquement. Ce n’était pas un trou de mémoire, non, le texte se déroulait tout seul comme d’habitude mais il ne le reconnaissait pas, ne le comprenait pas, alors il a eu l’impression de s’être trompé ! Puis, se rendant vaguement compte que, pourtant, c’était bien le bon texte, il a repris jusqu’au bout. Le texte lui arrivait, il le chantait, mais il ne le comprenait toujours pas, ne le ressentait pas.

Il était beaucoup plus calme qu’à la sélection, il ne tremblait pas ; forcément, il n’était pas là, il n’était pas présent ! Il n’était pas dans son chant, il le regardait comme s’il lui avait été complètement étranger…

Un peu plus tard quelqu’un lui a dit que son chant avait été très agréable à entendre et s’est étonné qu’il en soit si mécontent.

 
Bon, cette fois-là ce n’était pas une tragédie, on peut même dire que l’honneur est sauf. Mais il n’en manque pas, des tragédies dans le déroulement desquels intervient ce phénomène de coupure dans la conscience, où celle-ci ne maîtrise plus le corps, n’est plus une.

 
(le même homme avait réussi quelques heures plus tôt, et contre toute attente, une grande première : il avait mangé au milieu d’une très longue table, parmi une bonne centaine de personne, en se sentant à son aise, et avait conversé avec ses voisins en y prenant plaisir.

Je sais, vous ne comprenez pas, vous vous dites que cela est naturel et bien plus facile que de chanter pour la première fois dans un micro et devant des centaines de gens ; et bien non, ce n’est pas le cas pour tout le monde ! D’ailleurs, s’il est parvenu à ce résultat l’autre jour, c’est parce que ce n’était pas sa première tentative et la précédente – il y a deux ou trois ans, au milieu d’une vingtaine de personnes seulement – fut un échec cuisant)

 
Cela se passait dimanche dernier à Redon, à la Bogue d’or.

« Les rencontres pleuvent comme les notes. La tradition a mille visages. Sous le chapiteau des musiciens, une jeune Hongroise fait reprendre en chœur des chants des Carpates, adaptés en pilé menu [1]. A deux pas, sous le chapiteau de cirque, un ancien exhume un chant de quête du Pays de Retz, que tout le monde croyait oublié. Ou un jeune accompagne, aux cuivres uniquement, la voix d’une douce Angélique. Vous avez déjà vu ça, on demande au jury ? "Non, jamais !" »

(Ouest-France du 26 octobre en pages locales)

 
Si je raconte cette nuit tout cela, c’est parce que je vis en maintes circonstances la même chose que ce qui s’est passé sur cette scène : lors de l’apprentissage de nouvelles tâches devant des gens, ou encore dans les rencontres amoureuses (où la situation est aggravée par d’autres phénomènes dont je parles ailleurs – voir Evitement ou encore L’ombre et les femmes)…
Oui, dans ma vie il y a comme une panique ordinaire.

[1Le pilé menu est une danse de Haute-Bretagne, une ronde que j’ai eu l’occasion plusieurs fois de danser sur ce chant venu de Hongrie, avec énormément de plaisir.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0