Notes ouvertes

De la gloire et de la nation

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > De la gloire et de la nation

mardi 11 novembre 2008

« Je penserai à ces hommes dont on avait trop exigé, qu’on avait trop exposés, que parfois des fautes de commandement avaient envoyés au massacre et qui un jour n’ont plus eu la force de se battre.

Cette guerre totale excluait toute indulgence, toute faiblesse. Mais 90 ans après la fin de la guerre, insiste le président de la République, je veux dire au nom de la Nation que beaucoup de ceux qui furent exécutés alors ne s’étaient pas déshonorés, n’avaient pas été des lâches, mais que simplement ils étaient allés jusqu’à l’extrême limite de leurs forces »

Ainsi parle le prince, "au nom de la Nation"

Sous entendu : la gloire est quand même du côté de celui qui se bat "pour la Nation" et non du côté de celui qui se bat pour sa propre vie.

C’est un point de vue, ce n’est pas le mien.

 
Quelles raisons valables avaient-ils d’y retourner, au front ?

P.-S.

(le 3 février 2016) Mais… Retourner à l’usine demain, n’est-ce pas comme retourner au front ?

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0