Une âme parmi les autres

Personnalité et libre arbitre

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Une âme parmi les autres > Personnalité et libre arbitre

mardi 12 mai 2009

Il y a une dizaine de jours j’ai commis un acte dont je viens seulement de comprendre (un peu) les tenants et aboutissants. Une histoire bête que vous jugerez sans doute ridicule et sans importance.

C’était le samedi soir en dansant. Le rond de Loudéac était déjà commencé. En fait, il y avait deux ronds, concentriques. En coupant le grand pour rejoindre le petit, je suis passé – ce n’est pas un hasard – à côté d’une jeune femme que j’aime beaucoup et qui a un faible pour moi (ben oui, cela arrive !). A cet instant-là elle s’est écriée spontanément, joyeusement, "François !" (mon prénom), et je ne me suis pas arrêté pour me mettre à côté d’elle dans le grand cercle, j’ai continué vers mon premier but pourtant devenu soudain dérisoire… (j’ai toujours rêvé qu’une femme aimée m’appelle de cette manière, et quand cela arrive enfin… !)

Les événements de ce type ne sont que de petits problèmes d’adolescents, particulièrement ridicules à mon âge, n’est-ce pas ce que vous êtes en train de vous dire, cher lecteur, chère lectrice ?

S’il s’agissait d’actes de la conscience, ce serait effectivement ridicule, mais il s’agit d’actes réflexes de l’âme, de réflexes psychiques. Il s’agit d’actes non pensés. D’ailleurs en l’occurence je n’y ai même quasiment pas pensé après, jusqu’à aujourd’hui (même lorsque, une heure ou deux après, elle m’a refusé une mazurka, je n’y ai pas pensé ; pourtant, même quand elle avait un petit copain elle ne me refusait pas une mazurka !).

Je me demande quelle proportion de nos actes sont ainsi, et de quelles natures ils sont en général. Peut-être s’agit-il aussi bien de nos meilleurs mouvements que de nos pires mouvements ? Je ne sais…

 
Quoi qu’il en soit, il se trouve que quand j’étais tout petit j’ai appris à fuir les autres, tous les autres. Pour vous, c’est autre chose ; peut-être avez-vous appris à vous fuir vous-même, ou bien à fuir la vie, ou encore à écraser les autres ? Mais peut-être avez-vous seulement appris à les aimer ? En ce cas, tant mieux !

Moi j’ai si bien appris que je continu à fuir les autres, les autres qui ne comprennent pas que c’est "à mon corps défendant" (si j’ose dire). Et c’est bien ça le pire, qu’ils ne le comprennent pas !

 
Je crois que j’ai déjà dit ces choses ici, d’une manière ou d’une autre. Mais il faut répéter car nous avons tous du mal à comprendre et admettre qu’une partie non négligeable de nos actes sont réflexes, c’est-à-dire qu’ils sont en fait sans motivation.
(Je ne sais pas combien il y a aujourd’hui de femmes qui un jour ou l’autre ont cru que je les fuyais par choix. Toutes celles que j’ai aimé ou que j’aime encore, et presque toutes à tort.)

Même des gens qui devraient être de grands connaisseurs de l’âme humaine – par exemple, au hasard, les juges d’instructions – ne semblent pas comprendre qu’il est souvent inutile de demander à quelqu’un "pourquoi as-tu fais cela ?" parce qu’il ne le sait pas, même s’il croit le savoir.

 
C’est que depuis quelques siècles nous nous imaginons être de purs esprits. Des esprits toutefois un peu inquiets, qui parfois se demandent "possédons-nous vraiment notre libre arbitre ?"
A cette question du libre arbitre je risquerais bien une réponse, c’est que nous l’avons quelque fois probablement, mais certainement pas toujours. Et que la source de cette absence occasionnelle de libre arbitre est aussi la source de notre personnalité. Autrement dit, si nous étions de purs esprits nous conserverions toujours notre libre arbitre, à ceci près que nous serions des êtres indifférenciés, c’est-à-dire qu’en tant qu’individus nous n’existerions tout simplement pas !

Mais non, nous sommes des êtres vivants, des êtres qui feraient bien de se réconcilier enfin avec leur propre nature ! Afin de mieux nous comprendre les uns les autres.
C’est utile de comprendre les autres, et pas seulement ceux que nous aimons et qui nous aiment…

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0