Peuples sans limites

Intelligences blanches et noires

Accueil > Points de vue > Peuples sans limites > Intelligences blanches et noires

dimanche 8 février 2009

("note ouverte" du 30 octobre 2007)

Il parait que "l’intelligence des blancs n’est pas la même que celle des Africains". C’est un Nobel qui le dit, un Nobel un peu gâteux peut-être, James Watson – il voit des gènes partout.

Admettons qu’elle n’est pas la même, et oublions que l’intelligence est une réalité un peu plus complexe que la pigmentation de la peau – qui, elle, peut bien être régentée par un gène ou deux –, admettons… eh bien il nous reste encore à deviner laquelle de ces deux intelligences est la plus intéressante du point de vue de l’avenir de l’humanité et du point de vue du bonheur présent des hommes. Mais comment s’y prendre ?

Evidemment, il est toujours possible de tirer à pile ou face, afin de décider, comme sur un radeau de naufragés, lesquels seront mangés.

Mais je pense plutôt que – des intelligences – il y en a autant de formes que d’individus, de même qu’il y a autant de visages différents que d’individus.
Ah ! cet exemple tombe mal, mince ! Mais je me souviens avoir rencontré un soir, dans un "pub irlandais", un Japonais très sympathique qui me faisait furieusement penser à un Juif libanais de ma connaissance ; ils ne devaient pourtant pas partager beaucoup plus de gènes entre eux qu’ils n’en partageaient avec moi par exemple…

Et ce type d’origine congolaise (enfin, d’un pays dans ce coin là, je connais si mal l’Afrique – en tout cas il venait d’un pays d’où la jungle n’a pas encore complètement disparue (notez comme je m’enfonce !)), ce gars tout noir avec qui je parlais révolution à l’usine, au lieu de travailler, son discours me semblait bien moins étrange, bien moins étranger que ceux de beaucoup de mes voisins tout blanc dans mon trou perdu.

Mais si la bonne intelligence n’est que du côté des noirs, alors je ne dis là que des sottises, n’y faites donc point attention.

En plus, je suis en train de boire…

PS Comme le dit un commentateur* de l’article paru dans Le Monde, « Il faudrait rappeler une chose : la notion de race est une notion d’élevage, c’est quelque chose d’artificiel. Ça n’est donc pas applicable à l’homme, du moins pour l’instant. »
* voir www.lemonde.fr, "La tentation de la race".

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0