Pour qui l’on travaille

Confusion politique/terrorisme : la preuve

Accueil > Points de vue > Pour qui l’on travaille > Confusion politique/terrorisme : la preuve

dimanche 1er février 2009

Extraits d’un article du Monde daté du 1er février :

« La journée était radieuse, et Michèle Alliot-Marie n’était pas venue les mains vides. En déplacement en Corse, vendredi 30 janvier, la ministre de l’intérieur était venue annoncer le versement par anticipation de 20 millions d’euros supplémentaires dans le cadre du plan de relance. "Des crédits à consommer dès 2009", avait-elle précisé. Une journée radieuse, n’eût été ce grain de sable qui s’immisca dès les premières heures de sa visite.

Interrogée sur la promesse du gouvernement de rapprocher les détenus corses, "MAM" assura : "Il faut être pragmatique. Vous avez 28 places à la prison de Borgo (près de Bastia) et 26 sont occupées…" Avant de préciser : "En plus, sur les 26, huit sont des prisonniers politiques."

[…]

A trois jours du congrès fondateur de la nouvelle entité Corsica libera, qui doit réunir quatre mouvements indépendantistes, dont Corsica Nazione Indipedente et U Rinnovu, dimanche 1er février à Corte (Haute-Corse), la "gaffe" de "MAM" ne pouvait plus mal tomber. Elle s’employa à la corriger quelques heures plus tard à Corte, alors qu’elle réconfortait les gendarmes dont la caserne avait été visée par un tir de roquette le 27 janvier : "Je parlais de terroristes." Pas de prisonniers politiques, donc ? "Bien sûr que non, répliqua-t-elle. Chacun est libre d’exprimer ses opinions, en France, mais jamais par la violence." »

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0