Rupture

Démocratie et violence

Accueil > Points de vue > Rupture > Démocratie et violence

lundi 6 avril 2009

 


 
Bon, j’imagine que cette fois on avait à faire à des anticapitalistes, mais j’avoue avoir d’énormes difficultés à comprendre leur stratégie… Dans un quartier populaire, ils semblent s’être comportés comme des envahisseurs !

Mais des envahisseurs prisonniers, en fait, car tout indique que les objectifs atteints n’avaient pas – au départ – été choisis par eux mais par l’Etat et, peut-être, par les autorités strasbourgeoises.

Cela rentrerait dans le cadre d’un projet de restructuration de quartier que je ne serais pas plus étonné que cela…

 
Quoi qu’il en soit, ce n’est pas parce qu’on souhaite s’opposer à l’industrie pharmaceutique – qui n’hésite pas à empoisonner des millions de gens pour augmenter sa propre puissance et celle de ses maîtres, au lieu de se contenter d’apporter sa contribution à la guérison des maladies naturelles –, ce n’est pas parce qu’on craint la médecine capitaliste qu’il faut détruire une pharmacie de quartier, surtout lorsque les habitants de ce quartier s’y opposent !

Il est malheureusement certain que l’on rencontre des amoureux de la violence aussi bien du côté des anticapitalistes que du côté des capitalistes…
mais qu’est-ce qui me prend ! je me mets à raisonner en termes amis/ennemis et non en termes démocratie/asservissement, c’est regrettable (voir la note de mon post Le peuple n’est pas le territoire).

Demandons-nous plutôt comment éviter la violence (qui n’est pas toujours nécessaire mais qui est toujours un mal – étant entendu que la destruction d’objets matériels qui ne servent à personne ne constitue pas vraiment une violence), demandons-nous comment changer le monde démocratiquement : s’il faut détruire un quartier, c’est aux habitants de ce quartier d’en décider, et même de le faire.

Et c’est valable même pour un quartier de gros capitalistes, surtout qu’ils ont des enfants eux aussi… c’est valable pour eux, mais dans la mesure où leurs rapports avec le reste du monde sont démocratiques – parce que si leur quartier est une espèce de bunker au milieu de bidonvilles, je ne pleurerais pas sur eux au cas où il disparaitrait contre leur gré…

Tiens, cela me fait penser à quelque chose… le château.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0