Peuples sans limites

Les guerres des Gaules

Accueil > Points de vue > Peuples sans limites > Les guerres des Gaules

mardi 21 juillet 2009

Lu dans Le Monde daté du 22 juillet :

« "César commence La Guerre des Gaules en distinguant la Belgique, la Celtique et l’Aquitaine", dit M. Goudineau. Dans ces trois ensembles, il décrit des peuples de langues et de coutumes différentes. "Puis à mesure qu’il rédige, une sorte de nation gauloise se dégage, qui s’incarnera en la personne de Vercingétorix…"

Alors ? Alors peut-être les Gaulois – mot forgé par les Romains – n’ont-ils jamais existé en tant que tels. A dire "les Séquanes se battent contre les Arvernes" ou "les Eduens s’affrontent aux Helvètes" au lieu de dire "les Gaulois se battent entre eux", on cesserait d’associer désordre et désunion à "nos ancêtres les Gaulois". »

Pourquoi cette lecture m’a-t-elle donc d’abord fait plaisir ? Je me le demande…

Parce que si ce texte rappelle à juste titre qu’il n’y a jamais eu une Gaule – préfigurant la France –, mais des Gaules – ne préfigurant rien du tout –, il semble aussi justifier la guerre, le meurtre, dès lors que les belligérants sont réputés être de peuples différents. D’après cette édifiante pensée, donc, pour que j’acquiers le droit moral de tuer l’autre, il suffit de tracer une frontière entre lui et moi, de mettre en évidence le fait que sa langue n’est pas exactement la mienne, ou que son chapeau est différent…

Ce texte ne dit pas vraiment cela, mais il peut être lu aussi comme cela. L’auteur ne s’en est probablement pas rendu compte. Et c’est le plus inquiétant !

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0