Ames perdues

Le chant, la vie, la politique

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Le chant, la vie, la politique

lundi 23 novembre 2009

"Chanter c’est pas vivre mais c’est l’espérer", chantait François Béranger…

 

 
Il avait raison. Mais pourtant il est vrai aussi que chanter c’est vivre, comme le montrait parfois Bessie Jones :

 

 
Il est vrai également que simplement écouter chanter c’est survivre mieux un moment (images prisent à Sing Sing, vieille prison au bord de l’Hudson, des images qui me font penser à la dernière séquence du film de Stanley Kubrick "Les sentiers de la gloire", à voir par exemple ici) :

 

Together par Joan Baez & Mimi Farina

 
 
(note du 6 juillet 2010) Bon, vous n’avez sans doute pas pu voir la précédente vidéo, mais je viens de trouver à peu près la même sur Dailymotion. La voici :

 
 
Tiens… dans la nuit de samedi à dimanche j’ai entendu un chanteur dédier un morceau à un certain Léonard Peltier, un amérindien qui fait actuellement sa trente-quatrième année de prison (il y est depuis 76, le concert dans la prison Sing Sing date de 72). Il est en prison officiellement pour un crime dont tout le monde dit qu’il est innocent (sauf le FBI, et chacun sait comment l’on peut faire confiance au FBI). En réalité il y est pour avoir milité au sein de l’American Indian Movement.

Je me demande dans quelle mesure chanter, et aussi – surtout ? – écouter chanter, ne serait pas aussi, parfois, se donner bonne conscience [1]

Tout comme écrire.

[1Je ne dis pas ça contre le chanteur en question (du groupe "Les ramoneurs de menhirs"), après tout ce n’est pas forcément bon pour le commerce de dire des choses de ce genre sur une grande scène (c’était devant des milliers de personnes), surtout en ajoutant "brûlons les prisons", comme il a fait (du coup, je suis allé danser sur ce morceau  ; pourtant, danser n’est pas lutter, c’est seulement ne plus y songer pendant un moment).

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0