Extraits

Sexe mécanique, la crise contemporaine de la sexualité
Editions de La Table Ronde, collection Contretemps, 2002.

Ces jouissances de galeux…

Accueil > Bibliothèque > Extraits > Ces jouissances de galeux...

samedi 10 octobre 2009

« Dès qu’il s’agit de sexe, ce n’est pas de plaisir mais de jouissance qu’il faut parler. On peut certainement éprouver du plaisir à "prendre son plaisir" et à en donner. Mais on peut également obtenir la jouissance sans éprouver de plaisir (l’orgasme suffit), aussi tirer sa jouissance de profonds déplaisirs. Ce ne sont pas seulement les pratiques sado-masochistes qui sont visées par là. L’humiliation et la douleur peuvent aussi bien que le plaisir relever de la jouissance sexuelle, du moment que l’on reste dans la sphère du sexe, qui est capable de monter en spirale et de se promener dans de multiples directions sans sortir pour autant de son orbite. Pour désigner ces plaisirs qui se contredisent eux-mêmes, Platon employait l’exemple du galeux qui, en se grattant, se procure une jouissance tout en se faisant mal, résultat qui lui procure un nouveau besoin de se gratter. Dans maintes expériences de sexe, telles qu’elles nous sont rapportées, on discerne sans peine ces jouissances de galeux. En ce sens, le sexe se situe au plus près de ces comportements addictifs qui procurent du plaisir-déplaisir en même temps qu’ils font jouir. »
Dominique Folscheid, Sexe mécanique, la crise contemporaine de la sexualité, 2002.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0