Ames perdues

Jeanne Cherhal ou Les femmes

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Jeanne Cherhal ou Les femmes

jeudi 5 août 2010

[publié le 16 avril dernier sur ameperdue.blog.fr]

Je m’en doutais depuis longtemps, mais j’en suis sûr maintenant : les femmes sont complètement folles !

 

Janine par Jeanne Cherhal et Camille

 
Les femmes… je me demande bien, des fois, pourquoi elles m’attirent tant, pourquoi je les aime tant. Bon, pas toutes quand même, quoique, lorsqu’elles écrivent et chantent si bien…

 

Quand on est très amoureux par Jeanne Cherhal

 

Il existe encore des gens capable de parler avec tant d’élégance ! Voilà qui me rassure un peu sur l’avenir du monde !
J’avais déjà remarqué que les femmes chantaient de très belles choses sur elles-mêmes, sur la condition féminine (mais pas sur les hommes, il ne faut pas les écouter lorsqu’elles chantent les hommes). Cela se remarque par exemple dans le répertoire traditionnel francophone. Et aussi dans la chanson qui suit. Mais d’abord, que j’explique…
C’est un article du Monde qui a attiré mon attention ce matin [1] : Parait que Jeanne Cherhal est maintenant célèbre, qu’elle n’a plus de couettes et qu’elle montre ses jambes, qu’elle se remet en question sans cesse, qu’elle tâte aujourd’hui du rock, etc. Je me suis dit : ça y est, ce n’est plus une chanteuse, ce n’est plus qu’une femme de spectacle ! Je songeais à faire un commentaire méchant, mais avant j’ai voulu savoir ce qu’elle pouvait bien chanter maintenant et depuis que je l’avais entendu…

 

Douze fois par an par Jeanne Cherhal

 
Je suis d’abord tombé sur "Quand on est très amoureux", et avant la fin de cette chanson mon envie avait déjà disparu. Mais alors, après "Douze fois par an", je me suis senti tout rapetissé…

Mais je me demande bien pourquoi elle porte aujourd’hui un masque… elle se présente sous son vrai nom mais porte un masque !
C’est bien ce que je pensais, les femmes sont folles !

[1le 16 avril

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0