Notes ouvertes

En Afghanistan comme en RDC

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > En Afghanistan comme en RDC…

dimanche 29 août 2010

Lu dans Le Monde daté du samedi 28 août (hier), ceci :

« Mohammad Atiq a le visage émacié fleuri d’une barbichette blanche ; Anwar Hussein a une moustache poivre et sel et porte une veste grise. On les rencontre dans une vaste pièce aux tables nues et aux murs beiges, glaçante de raideur bureaucratique, [de l’Afghanistan Geological Survey]. […]

Au plus fort de la guerre civile (1992-1996) qui a ensanglanté l’Afghanistan après l’effondrement du régime communiste, les deux géologues ont sauvé de la destruction ambiante la masse de documents - environ dix mille rapports et cartes - identifiant les richesses minières du pays. Fruit du travail d’équipes afghanes, françaises, britanniques et surtout russes, ces archives sont un trésor scientifique aux immenses retombées industrielles.

C’est en se fondant sur elles, tout en les complétant de photos aériennes, que des géologues américains ont récemment évalué à 1000 milliards de dollars le potentiel des ressources minérales (fer, cuivre, cobalt, or, uranium, lithium, etc.).

[…]

A plusieurs reprises, l’immeuble est la proie des flammes. Devant le péril, le gouvernement ordonne l’évacuation des archives. Tout le personnel participera à l’opération, Mohammed Atiq et Anwar Hussein jouant un rôle décisif. Il a fallu sortir les caisses de documents par une porte dérobée, les charger sur des remorques. La cargaison se retrouvera dans l’entrepôt d’un autre quartier de la ville (Khair-khana). […] Seul un gardien surveille le refuge, dont l’entrée est verrouillée d’un simple cadenas. Ainsi seront protégées les archives minières de l’Afghanistan, tandis que la capitale est dévastée par la guerre civile.

En 1996 s’ouvre une nouvelle ère : les talibans chassent les chefs de guerre et imposent leur émirat islamique ultraorthodoxe. Les archives peuvent regagner leur maison mère de l’Afghanistan Geological Survey. Les talibans n’étant guère passionnés par le développement économique, l’institut somnole. "Mais de temps en temps ils faisaient venir des experts extérieurs qui passaient beaucoup de temps à examiner les archives", se remémore Mohammad Atiq. Qui étaient ces curieux visiteurs ? Mohammad Atiq dit l’ignorer. La légende géologique afghane n’a pas encore épuisé tous ses mystères. »

Frédéric Bobin

 
A la mi-juin 2010 la presse annonçaient :

« De l’or, du cuivre, du lithium … Des géologues américains ont découvert dans le sous-sol afghan de gigantesques réserves de minerais, dont ils ont évalué la valeur à mille milliards de dollars, a rapporté lundi le New York Times .

La découverte a été faite par une petite équipe de géologues et responsables du Pentagone. Selon le quotidien américain, ils se sont appuyés sur des cartes et des données collectées par les experts miniers russes durant l’occupation soviétique des années 1980. Après le retrait de l’URSS, les géologues afghans avaient caché ces documents pour ne les ressortir qu’après la chute des talibans en 2001. »

 
J’ai trouvé ce texte sur Ice Station Zebra, accompagnée de la note de l’éditeur suivante :

« Il ne s’agit pas là d’une révélation mais bien d’une confirmation de ce que disaient certains analystes au début de la " guerre contre le terrorisme " en 2001 .

Des le début des années 80 la revue Soviétique Spoutnik faisait état des richesses minières Afghanes révélées par le travail des géologues Soviétiques qui ont payé un lourd tribut pour ces découvertes. Les équipes de géologues Soviétiques étaient systématiquement attaquées et massacrées par les "combattants de la liberté" sponsorisés par Ronald Regan et déja le conflit Afghan d’alors s’inscrivait, comme le conflit contemporain, dans le cadre d’une guerre pour le contrôle des matières premières.

Cette "guerre secrête" a été marquée par l’enlèvement du chef de la mission géologique Soviétique , Mikhail Evgueni Okrimyuk - Евгений Охримюк -, en plein centre de Kaboul en septembre 1981.Un enlévement réalisé avec la complicité de son chauffeur recruté par l’ISI Pakistanais. Il était alors agé de 68 ans. Mikhail Evgueni Okrimyuk travaillait pour le gouvernement Afghan depuis 1976 et était parent avec un membre du Politburo du PCUS et certains analystes pensent que ses rapports ont influencé la décision Soviétique d’intervenir en A-stan.

Aprés des tentatives infructueuses de médiation du CICR, Mikhail Evgueni Okrimyuk fut exécuté par les "combattants de la liberté et de la démocratie" certainement dans les geôles de l’ISI, les services de renseignements Pakistanais.

Une autre victime célèbre fut le géophysicien Alexei Lieberman - Алексей Либерман - exécuté sur les marches de l’Institut Polytechnique de Kaboul au terme d’un "contrat".

Les attaques récurrentes contre le gisement de cuivre d’ Ainako obligeaient les Soviétiques à livrer le matériel minier et à évacuer le minerai par convois escortés par des véhicules blindés et quelquefois au moyen d’hélicoptères de combat.

Les premières découvertes d’importance concernant l’Uranium faites par le géologue Anatoly Demin datent de 1962.

Il reste à présent de s’interroger pour connaitre le timing de la révélation au "grand public" de ce lapin caché dans un chapeau. Cette révélation officielle de ce qui se savait depuis le début des années 80 vient mettre un terme définitif à la légende savamment orchestrée de la "guerre du droit" de la coalition en Afghanistan.

Il est aussi intéressant de noter que les métaux appartenant à la géopolitique des ressources du XIXe siècle, le fer, le cuivre et l’or, interviennent pour les 3/4 de la valeur estimée de ces ressources alors que le Niobium, les terres rares et le Lithium n’interviennent que pour 10 %. »

 
Mais d’autres (http://www.acheter-or.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=213&p=512#p509) disent que les réserves afghanes de lithium sont gigantesques…
J’ignore qui se cachent derriere Ice Station Zebra, mais quoi qu’il en soit je crois que le tableau qu’ils dressent là donne une idée assez juste des véritables enjeux des guerres afghanes et de quelques autres, et une vague idée de tout ce qui se trame dans l’ombre avant, pendant et après les massacres (médiatisés ou non).
Petites filles afghanes qui n’allez pas à l’école, femmes afghanes en tchador, savez-vous à quoi sert votre image chez nous, les maîtres du monde ?

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0