Une âme parmi les autres

Evitement et développement de la sexualité

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Une âme parmi les autres > Evitement et développement de la sexualité

samedi 12 mars 2011

On m’a récemment rappelé que je souriais bien peu, et même jamais selon certains. Et puis hier soir je lisais un article – une interview, plutôt – sur l’haptonomie, une pratique médicale dont j’ignorais tout basée sur le touché. Résultat, je me réveille ce matin en pensant à mes vieilles stratégies d’évitements, ma phobie des contacts corporels, etc. Et je réalise que mon absence de sourire en fait forcément partie. Ce serait donc pour maintenir les autres à distance que je ne souris pas. Je ne m’en étais encore jamais rendu compte !

Ceci est d’une grande importance, ne serait-ce qu’à cause du fait que cette mise à distance a largement contribué à empêcher l’épanouissement normal de ma sexualité, et aussi laissé la porte ouverte au développement aberrant d’une sexualité aberrante, développement facilité par les mœurs politiques et économiques contemporaines [1].

Bon, il est vrai, également, que les mœurs contemporaines ne me donnent pas très envie de sourire. Sinon sarcastiquement, voire désespérément…

[1Vous ne comprenez pas de quoi je parle  ? Pourtant, notre pseudo-démocratie avec votes mais sans débats n’existe même pas dans le monde réel de l’économie réelle, c’est-à-dire dans le monde du travail : les moyens et les buts qui y sont poursuivis sont considérés comme des fatalités naturelles. "C’est comme ça, il n’y a même pas à se poser de questions" avons-nous tous tendance à penser, même nos PDG. Et quand le moindre petit doute pointe nous nous disons "il faut bien vivre  !". Vivre, ce serait donc travailler en silence…

Enfin bref : pourquoi y a-t-il tant d’armes, tant d’affamés, des médicaments aussi dangereux qu’inutiles et une pornographie si florissante, entre autres choses  ? Tout cela a-t-il été décidé en commun  ? Pourquoi nous interrogeons-nous à propos d’un projet d’autoroute ou d’un projet d’aéroport mais pas à propos de la finalité de telle et telle entreprise, de celle qui nous emploie en particulier  ?

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0