Extraits

L’art de la joie
traduit de l’italien par Nathalie Castagné, Editions Viviane Hamy, 2005

Se faire une raison

Accueil > Bibliothèque > Extraits > Se faire une raison

jeudi 16 juin 2011

« — Je t’explique : pourquoi ne m’as-tu pas dit tout de suite que c’était pour toi le moment de partir, au lieu de m’accuser, moi, d’accuser ces années et toi-même ? C’est de l’ingratitude !
— Comment ?
— Mais oui, envers la vie… Le soupçon me vient — je commence à voir clair en toi, Joyce — que, pour pouvoir t’emplir de la force que tu n’as pas, tu essaies de te dire que ces années ont été des années perdues, honteuses. On dirait Franco.
— Qui ?
— Cet ami de Prando qui est parti comme volontaire en Espagne. Pour ne pas se dire qu’il voulait s’évader de son milieu, quitter sa mère, il s’est inventé d’un jour à l’autre une conviction fasciste. Et j’en ai vu tant d’autres partir comme ça. Souvent ils s’enrôlent pour échapper à la misère — mais ce n’est pas assez noble pour un homme — et ils se convainquent d’avoir un idéal. Oui, c’est ainsi, soldat Jò ! »
Goliarda Sapienza, L’art de la joie, traduit de l’italien par Nathalie Castagné, Editions Viviane Hamy, 2005.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0