Rupture

Revaloriser le travail pour que vive enfin la démocratie

Accueil > Points de vue > Rupture > Revaloriser le travail pour que vive enfin la démocratie

mardi 1er mai 2012

Revaloriser le travail… En voilà une bonne idée, une excellente idée, même ! Alors prenons en les moyens sans hésitation ! Et quel meilleur moyen de revaloriser le travail que de le rendre réellement volontaire ? La valeur d’un être humain ne peut se mesurer à son travail que dans la mesure où ce travail est volontaire et ne s’exerce pas sous la pression, en d’autres termes dans la mesure où il est libre.

La première et principale pression subit aujourd’hui par les travailleurs est la pression économique, de plus en plus forte depuis quelques décennies déjà (en France, depuis à peu près trois décennies, si je ne m’abuse). La première mesure à prendre pour revaloriser le travail est donc d’instaurer le revenu de base inconditionnel.

Le revenu de base par D. Häni et E. Schmidt

Alors seulement le travailleur se mettra pleinement à l’ouvrage de par son propre désir, sa propre volonté, et pourra en tirer pleinement joie et fierté.

Surtout si, dans le même mouvement, l’on démocratise l’économie et les entreprises. L’élimination de la pression économique est d’ailleurs un préalable indispensable à cette démocratisation – on ne parle pas librement sous la contrainte.

P.-S.

Une "Initiative Citoyenne Européenne pour le Revenu de base inconditionnel" a été lancée début 2013. Une campagne pour réunir les signatures nécessaires vient de démarrer. C’est là que ça se passe : http://basicincome2013.eu/ubi/fr/

(ajouté le 23 juin 2017) A qui n’arrive-t-il jamais de ne pas voir un problème majeur ? L’auteur de ce site a un peu changé d’avis en ce qui concerne tout revenu inconditionnel. Le revenu inconditionnel a le tort d’être un revenu et non un partage, c’est-à-dire qu’il suppose un contrôle empêchant à la fois l’existence d’oubliés et de cumulards. Pour un vrai partage, il ne faut pas de revenu, il faut que tout soit à tous, mais dans le respect des propriétés personnelles (je peux "m’approprier" ce qui ne sert pas aux autres si j’en ai l’utilité ou le plaisir, tant que la communauté ne me fait pas savoir qu’il serait bon pour elle, pour tous, qu’il en aille maintenant autrement ; de même je peux utiliser ce qui sert à d’autres s’il est possible que l’usage que j’en fais ne nuit pas à aux usages qu’en font les autres).

Mais cela n’est possible qu’en communauté, pas en société.

Bon, mais j’avoue n’avoir pas beaucoup creusé la question, pourtant extrêmement intéressante (et je suis très loin de connaître tout ce qui a été fait par d’autres à ce sujet)…

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0