Questions sur la science, questions scientifiques

Une réflexion idiote…

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > Questions sur la science, questions scientifiques > Une réflexion idiote…

vendredi 20 juillet 2012

Je n’ai pas vraiment le temps de me replonger dans mes livres et mes revues, alors je vais peut-être dire une bêtise.

Il s’agit des quanta. Ils furent introduits par Planck parce que les interactions entre les ondes électromagnétiques et les atomes provoquaient toujours des effets dont l’intensité évoluait par quanta et non de façon continue en fonction de l’intensité des ondes. Ces effets ne variaient d’ailleurs pas en fonction de la quantité de rayonnement mais en fonction de l’intensité caractéristique de l’onde, son "niveau d’énergie", c’est-à-dire sa fréquence. Il apparu alors nécessaire d’introduire le concept de "quantum d’action". Or, cette caractéristique fut attribuée à l’onde plutôt qu’à l’atome. Pour quelle raison ? A cause de cette variation en fonction de la fréquence ?

Par la suite, on s’aperçut que dans la structure de l’atome il y avait quelque chose qui était responsable de cette réaction par quantités discrètes : les "niveaux d’énergies" des électrons, niveaux stables séparés par des niveaux instables que les électrons "n’occupent" donc jamais. Les électrons "sautent" d’un niveau stable à un autre lorsqu’ils reçoivent une excitation intérieure ou extérieure.

Dès lors, l’onde n’a pas besoin d’être corpusculaire pour avoir un effet "quantique" sur la "matière".

 
Bon, je sens que j’oublie quelque chose d’important… Oui. Le fait que l’intensité de la réaction ne soit fonction que de la fréquence et pas de la quantité de rayonnement. Cela semble bel et bien impliquer une manifestation corpusculaire, en tout les cas l’existence d’un support discret de l’onde…
Je sais, l’éther a été enterrée il y a longtemps et ce n’est pas parce que le vide est plein d’énergie etc.

Cependant, qu’est-ce qui interdit d’imaginer que la constitution des atomes les rendraient insensibles aux variations des quantités de rayonnement mais très sensibles aux variations de fréquence ? Ceci, sans passer par une nature corpusculaire des ondes ?

 

(j’en entends qui se disent : réflexion idiote d’un ignare ! – rire)

P.-S.

(ajouté le 23 juillet) A préciser, et surtout à développer !

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0