Notes ouvertes

Durée de vie d’une poule

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > Durée de vie d’une poule

samedi 4 août 2012

Je travaille dans la filière avicole depuis quelques temps, alors je me pose parfois d’étranges questions… On parle de temps en temps des conditions de "vie" de nos poules, en particulier de nos poules pondeuses, mais c’est pour souligner surtout leur manque d’espace vital – qu’une nouvelle réglementation a généreusement augmenté récemment (nous sommes passés de 550cm² à 750cm² "dont 600cm² utilisables" – source Le Monde).

L’espace, cela compte beaucoup évidemment. Mais… et le temps, alors ? Une poule vivant à peu près librement dans la cour d’une ferme et son poulailler peut vivre quelques années. Une poule pondeuse en batterie est réformée au bout d’un an, un an et demi (moins rentable), et si elle a de la chance elle sera vendue pour une modique somme à un particulier qui l’élèvera pour son compte. Mais une poule élevée pour sa chair en élevage industriel n’a que quarante jours à "vivre" (contre 90 jours en élevage traditionnel – source Wikipedia). Au moins, son enfer ne dure pas très longtemps. D’après la Revue d’économie industrielle, année 1985, n°34, il fallait 120 jours dans les années 50 pour élever un poulet, aujourd’hui quarante, et la quantité d’aliments nécessaires aurait baissé dans des proportions encore plus importantes !

 

Bon, je sais, vous avez d’autres soucis. Moi aussi. Ce sont d’ailleurs des problèmes du même ordre que ceux de nos poules, non ? Malgré le fait que notre espérance de vie a beaucoup augmenté depuis un ou deux siècle(s), ainsi que la quantité (nécessaire ?) des produits que nous consommons.

 
(note ajoutée le 20 février 2013) Il faut encore remarquer que ces durées de vie raccourcies ne sont pas des "espérances de vie", des moyennes. Pour avoir la moyenne, il faut tenir compte, non seulement des morts par accidents et maladies (je n’ai aucune idée de leur importance), mais aussi des éliminations volontaire de poussins en surnombre (les industriels mettent volontairement trop d’œufs en couveuse, pour compenser d’éventuels pertes – source : un gars qui a un jour participé à ce travail).

(ajouté le 24 novembre 2013) "Eliminer les poussins en surnombre…" Ne serait-ce que les mâles (nous ne savons pas les faire pondre) !

 

(11 février 2015 : il y a une suite à ce petit billet, ici)

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0