Ames perdues

Sur les origines de la famille et certains de nos lointains cousins

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Sur les origines de la famille et certains de nos lointains (...)

mercredi 15 août 2012

Une petite discussion très décousue sur un autre blog a éveillé ma curiosité sur un sujet animalier et m’a fait découvrir un joli site, une sorte de petite encyclopédie sans prétention mais semble-t-il assez fiable. Il s’agit de dinosoria.com. Que je me permet maintenant de pirater sans vergogne, évidemment ! (rire)

Dans un groupe, la proportion de femelles enceintes est faible ; il est vrai qu’une femelle n’est fécondable que pendant 3 jours.

Les naissances sont en moyenne espacées de deux ans : 8 mois de gestation, un an de lactation et 4 mois de repos complet.

Les petits naissent à la saison des pluies, au moment où la végétation est abondante. Au moment de mettre bas, la femelle quitte son groupe pour aller sur la terre ferme ; il arrive que le petit naisse dans de l’eau peu profonde auquel cas, sa mère l’aide à rejoindre la berge.

Mother hippo and calf

Après la naissance, mère et petit restent ensemble, isolés du groupe afin que les liens s’établissent entre eux.
La femelle hippopotame défend farouchement son petit contre les prédateurs et les mâles. Malgré toute son attention, le taux de mortalité est élevé la première année.
Lions, hyènes et mâles agressifs sont une menace constante ainsi que la maladie. On comptabilise un taux de mortalité de plus de 20% la première année.

Pendant les 4 à 8 premiers mois, la mère confie son petit à une véritable "crèche". Les autres femelles prennent en charge l’éducation du jeune.
Ce n’est qu’à 6 mois, que le père commence à s’intéresser à son rejeton. Ils organisent alors des simulations de combat et de véritables batailles navales.
Le petit se sert du dos de son père comme plongeoir.
De même, les jeunes hippopotames jouent avec des éléphanteaux. Le jeu consistant à ouvrir grand la bouche pour que le petit éléphant y plonge sa trompe ; chacun s’éclaboussant au maximum.

Plusieurs fois par jour, le petit vient téter sa mère. Bien que l’allaitement dure un an, le petit goûte à l’herbe dès l’âge d’un mois.
Sa croissance est rapide et à un an, il pèse déjà 250 kg.

Les liens avec sa mère sont si forts qu’il reste près d’elle plusieurs années. La femelle reste souvent au sein du groupe tandis que le mâle devra acquérir sa maturité sociale pendant ses vingt premières années ; avec, chaque année, son lot de combats rituels.

Un bébé hippopotame rescapé du tsunami en Asie adopté par une tortue

Un bébé hippopotame, rescapé du tsunami asiatique qui a touché les côtes du Kenya le 26 décembre 2004, a été adopté par une tortue géante dans un parc animalier du port de Mombasa, sur l’Océan indien.

Le "petit" hippopotame de 300 kg, surnommé Owen par l’équipe du Lafarge Park, avait été emporté par la forte vague qui s’était engouffrée dans la rivière Sabaki, avant de refluer vers l’océan Indien. Il avait ensuite été sauvé par des gardes forestiers.

"C’est incroyable : le petit hippopotame, qui n’a pas un an, a été adopté par une tortue mâle, qui a 100 ans. Et la tortue semble très contente de jouer les mères", a raconté à l’AFP la responsable du parc, Paula Kahumbu.

"Après avoir perdu sa mère, l’hippopotame était traumatisé. Il a cherché une nouvelle mère. Heureusement, il a trouvé la tortue et s’est lié très fortement à elle : ils nagent, mangent et dorment ensemble", a ajouté cette protectrice de l’environnement.

"L’hippopotame suit la tortue exactement comme il suivrait sa mère. Si quelqu’un approche la tortue, il devient agressif, comme s’il protégeait sa mère biologique", a-t-elle poursuivi.

"Par nature, les hippopotames sont des animaux sociables, ils aiment rester avec leurs mères pendant les quatre premières années de leur vie", a-t-elle expliqué.[Information fournie par l’AFP le 06-01-2005]

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0