Notes ouvertes

Une travailleuse très efficace

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > Une travailleuse très efficace

dimanche 28 octobre 2012

L’URSS avait son Stakhanov, nous aurons désormais notre Dookhan, la travailleuse modèle de notre époque, celle qui savait faire du chiffre.

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/10/21/le-scandale-qui-secoue-la-police-scientifique-americaine/

Extraits : « Pendant près d’une décennie, cette jeune femme de 34 ans a travaillé comme chimiste au Hinton State Laboratory Institute, un laboratoire d’analyses de Boston, financé par l’Etat du Massachusetts. Son travail consistait essentiellement à identifier les drogues saisies par la police ou à en rechercher les traces sur les pièces que lui confiaient les enquêteurs.

Annie Dookhan était très efficace. Trop. D’après le Boston Globe, quand un chimiste analysait en moyenne entre 50 et 150 échantillons par mois, Annie Dookhan parvenait à en traiter plus de 500. Dès 2007, un de ses supérieurs s’est posé des questions sur cette extraordinaire productivité, sans que cela aille plus loin. Il y a eu plusieurs autres alertes : un collègue qui s’étonnait de ne pas trouver dans les détritus le matériel nécessaire à toutes les analyses qu’elle était censée effectuer ; d’autres qui jugeaient bizarre de ne jamais la voir devant un microscope ; la signature d’une collègue imitée ; et enfin, en juin 2011, Annie Dookhan a été surprise en train de retirer, sans autorisation, des dizaines d’échantillons de drogue d’une salle contenant des pièces à conviction. »

« Non seulement Annie Dookhan n’avait pas le diplôme de chimie qu’elle prétendait avoir mais elle a également bâclé ou trafiqué de très nombreuses analyses. Ainsi, quand elle prenait en charge 15 à 25 échantillons, si 5 d’entre eux se révélaient positifs, elle déclarait que tout le lot l’était. Elle a aussi reconnu avoir souvent identifié des drogues uniquement en les regardant et sans les analyser. Plus grave : Annie Dookhan a dit aux enquêteurs qu’en présence d’un cas négatif, il lui était arrivé d’ajouter de la drogue à un échantillon pour le rendre positif. »

 

Il s’agit d’un cas extrême, sans doute, mais il révèle bien une forte tendance à l’œuvre dans la police, les laboratoires de recherche, les hôpitaux, l’industrie et l’ensemble du monde du travail (y compris la haute administration et les gouvernements). Désormais, lorsque mon patron et mon chef de production me demanderont d’atteindre des objectifs nécessitant un certain bâclage, je saurai quoi rétorquer : je ne vais quand même pas faire la Dookhan ! La société contemporaine est dookhaniste.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0