Rupture

L’activité des Brutes : aperçu

Accueil > Points de vue > Rupture > L’activité des Brutes : aperçu

dimanche 3 février 2013

Imouraren SA, une nouvelle étape dans un partenariat historique

Les chiffres sont souvent trompeurs, mais enfin…

Les chiffres d’un gisement de taille mondiale

Le gisement contient une grande quantité d’uranium, mais de faible teneur (0,8 kg d’uranium par tonne de roche en moyenne) et à des profondeurs importantes (entre 110 et 170 m).

AREVA planifie sa mise en exploitation à partir de 2013.

Une production estimée à près de 5 000 tonnes par an pendant plus de 35 ans.
Un site industriel de près de 200 km2.
Un gisement de 8 km de long sur 2,5 de large.
3,8 milliards de tonnes de roche de découverture à extraire.

Les défis du projet Imouren sont nombreux (difficultés techniques, coût d’exploitation élevé, installation en milieu isolé…), mais les moyens mis en œuvre le sont tout autant. Ils représentent, pour les cinq prochaines années :

Plus de 1,2 milliard d’euros (800 milliards de francs CFA) d’investissement initial.
Le recrutement de 800 salariés statutaires.
La création de près de 550 emplois dans la sous-traitance directe, et plus de 3000 emplois indirects.

Sociétés minières : Licenciements abusifs des syndicalistes de SEMOS-Sa et de LTA MALI-Sa (octobre 2012)

A l’ouverture du site de Morila- SA, Alpha Oumar Konaré avait dit ceci : « Le gouvernement doit tirer les bénéfices appréciables sous forme de taxes. L’argent servirait en priorité à combattre la pauvreté et le chômage des populations riveraines ».

Mais les Maliens ont vu leur environnement se dégradé puis se transformé en ruine. Les mines d’or du Mali ont contribué à asseoir des pouvoirs, des régimes, des partis politiques à Bamako. S’il est des travailleurs mal payés, mal traités, ce sont sûrement ceux des mines qui sont le plus souvent des laissés pour compte sans statut. Et l’Inspection du travail sensée les protéger roulerait sur l’or des patrons miniers. Sinon comment comprendre le licenciement avec à la clé la fermeture de la Mine d’or de Kalana où on a vu des bidasses nommés directeurs généraux (D.G).

Ces deux officiers de l’armée malienne ont bénéficié des primes de compressions, malgré leur mauvaise gestion. Pire, ils ont réintégré leur corps d’officiers et furent nommés Haut fonctionnaire de défense auprès de certains ministères.

Niger : grève sur le site d’Imouraren, exploité par Areva (avril 2012)

« Nous travaillons 12 heures sur 24, confie ce conducteur de gros engin. On monte à 1 heure de la nuit pour descendre à 6h du matin… petit déjeuner entre 6h30 et 7h. Si on trouve le sommeil entre 7h et 10h le compte est bon, il faut se réveiller pour déjeuner à 10h et se préparer à reprendre le boulot pour 6 heures d’affilée encore ! On manque terriblement de sommeil ! Ou sommes-nous des robots ? »

Areva, que RFI a contactée, n’a pas souhaité se prononcer mais elle a confié qu’Imouraren n’est encore qu’un projet et qu’avec ce genre de grève, il sera difficile de tenir le délai de 2014 pour la production des premiers kg d’uranate à Imouraren.

Bizarre, quand même… Ce n’est qu’un projet mais on creuse la terre tout le jour et tous les jours !

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0