Rupture

La colère

Accueil > Points de vue > Rupture > La colère

lundi 4 février 2013

Il serait un peu dommage de ne s’en prendre qu’à VINCI alors que VINCI n’est qu’un bras des dix milles bras du Capital qui exploitent la planète et ses habitants, et la ruinent. Surtout que le bras VINCI n’est pas le plus impliqué dans les guerres d’Afrique.

Bon, je dis ça, moi qui ne fais rien à part lire, écrire et cogiter, et qui pourtant ne fais pas cela autant que je le souhaite. Car je vends une partie de mon temps et de ma force physique à "l’ennemi". L’ennemi ? L’ennemi, oui, car il s’agit d’une entreprise d’agroalimentaire faisant partie intégrante du dispositif capitaliste de concentration de puissance et de destruction. Et en même temps non, pas ennemi, car cette entreprise est aussi un moyen que se donne la société dont je fais partie pour nourrir ses membres. Or, même pendant les grands chambardements à venir, il faudra que des milliards de gens continuent de manger, de se chauffer et d’agir, et de préférence mieux qu’avant. Alors je ne suis pas convaincu que travailler dans l’agroalimentaire, même dans ses branches les plus iniques, signifie forcément collaborer avec "l’ennemi". Sauf si l’on y est trop docile, et a fortiori un cadre docile.
Mais ce n’est pas de cela qu’il importe de parler aujourd’hui ; hélas, il y a plus urgent…

Lorsque l’on parle d’ennemis, il est honnête de parler également de soi… Ce blog n’existerait pas si son auteur ne travaillait jamais pour et dans l’économie capitaliste, ou bien il n’aurait pas du tout la même allure. Le texte intitulé "Merde !", par exemple, est né d’une journée de travail. En particulier son titre. C’est consternant : il faut que le mal s’inscrive dans ma propre chair pour que ma colère se réveille ; le spectacle de malheurs autrement plus intenses mais extérieurs n’y suffit pas ! Or, seule la colère me fait parler. Et j’ai bien l’impression, peu rassurante, que si je pouvais jouir tranquillement de "mon" logement et de ses commodités sans être obligé pour cela d’aller bosser (souvent assez durement) 35h et plus par semaine, je m’endormirais.

Enfin, sans doute je me charge un peu trop. Il y a parfois une jeune mendiante assise devant la boulangerie, le dimanche matin. Ca me dérange beaucoup, indique que quelque chose cloche dans mon monde. Eh puis la colère qui me prend parfois à l’usine est le plus souvent si grande qu’elle ne peut être l’effet seulement de ce que je subis à l’usine. C’est plutôt une cristallisation : "mon" usine devient l’image de la société et mon patron la figure du Capital – le pauvre ! S’il savait tout ce qui me passe par la tête, parfois, toutes les injures !
En ce cas, ma haine contre mes maîtres ne ressemble-t-elle pas à la soi-disant "haine de l’Occident" répandue de l’autre côté de la Méditerranée ? C’est en souffrant dans leur chair qu’ils se révoltent là-bas, d’une révolte qui prend diverses formes selon les lieux, les moments, les personnes et les communautés, mais là-bas aussi ils se révoltent contre des Vinci et des Aréva, comme en France, en Russie, au Mexique… La société capitaliste inspire le même dégoût des deux côtés de la Méditerranée, mais cela n’entraîne pas les mêmes conséquences.

Tous les aspirants à la puissance apprennent à se saisir de toutes les révoltes et à les diriger. Les pouvoirs en place également. Et c’est tellement facile de nous maintenir divisés, et même opposés, quand dans bon nombre d’entreprises exploitant l’Afrique – en prétendant la "développer" –, existe une part de salariés venus d’Europe, tous cadres ou techniciens "supérieurs" et passant leurs temps libres à faire du skateboard plutôt qu’à chercher à connaître le pays et quand, pendant ce temps-là dans les mêmes pays, des membres d’ONG occidentales logés mieux que les locaux sont visiblement persuadés de posséder la science infuse et se trouvent bien aimables de venir l’offrir à leurs hôtes !

Ce ne sont évidemment pas nos maîtres qui vont venir nous expliquer qu’il nous faut nous réconcilier, nous, exploités de tous les pays, parce que nous partageons la même colère contre le même monde. Au contraire, nos maîtres vont faire en sorte que nous ne nous comprenions pas au point de nous jeter les uns contre les autres. Ils n’hésiteront pas à favoriser le développement d’organisations violentes sans base réelle sérieuse et aux thèses fantaisistes, car de telles organisations sont manipulables. Jusqu’à un certain point.

Les "islamistes" sont la créature de nos maîtres à nous tous, occidentaux et africains. Nos maîtres n’ont évidemment pas inventé l’intégrisme musulman, mais ils l’ont instrumentalisé. Les américains s’en servait en Afghanistan au temps de la "guerre froide". Ils s’en sont encore servis depuis. Mouvement terroristes et services secrets sont tellement emmêlés que les uns comme les autres ont parfois du mal à retrouver leur petit dans ce méli-mélo !

Oui, ma colère est la même que celle du vague sympathisant intégriste musulman, et les causes en sont les mêmes. Seule la mise en forme de cette colère change. Et c’est parfois ceux contre qui est tourné cette colère qui se chargent de cette mise en forme.

 

Bon, c’est pas tout ça, mais il faut que je songe à manger un peu avant ma nuit de boulot…

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0