Notes ouvertes

Parler au Système 1

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > Parler au Système 1

dimanche 10 mars 2013

Je me dois de vous faire part de la lecture qui vient d’accompagner mon dessert. Du plus grand intérêt (pas le dessert) !

Il s’agit de l’interview de l’auteur de Système 1/système 2 : les deux vitesses de la pensée (titre original : Thinking, Fast and Slow), Daniel Kahneman.

Nos pensées nous surviennent de deux façons : "automatiquement" (système 1, rapide) ou pas (système 2, lent). L’intuition fait partie du système 1, mais elle n’en est qu’une partie. « Quand je dis 2+2, vous pensez 4 : ça, c’est le système 1, mais ce n’est pas de l’intuition. L’intuition, c’est l’une des nombreuses façons que nous avons d’avoir des pensées qui nous viennent automatiquement et de façon involontaire. Quant au système 2 (ou pensée lente), la raison en fait partie mais il y a bien autre chose que la raison. […] Le système 2 est bien davantage que cela, il comprend non seulement la logique, la réflexion mais aussi le self-control par exemple. »

Le système 1 est plus puissant que le système 2, il est le support de la tradition. Qu’est-ce qui fait le succès d’une théorie ou de toute autre proposition ? Sa faculté d’offrir un argument au système 1. « Si nous croyons, ce n’est pas que l’argument nous conduit à croire, c’est plutôt que nous croyons en la conclusion et que nous faisons comme si l’argument nous conduisait à la conclusion. » Une théorie à succès doit être nouvelle dans la forme mais éviter de l’être dans le fond. « Nous pensons que nous avons des raisons de penser ce que nous pensons… En fait nous croyons ces raisons parce que nous avons des croyances. »
Le système 1, support de la tradition, est pourtant également créateur, tandis que le système 2 se trouve en position de guide et de censeur. Endormez-vous en pensant fortement (système 2) à un problème important qui vous tient à cœur, vous vous réveillerez avec des pistes fructueuses (système 1).

Qui pense pouvoir convaincre qui que ce soit en lui fournissant des preuves se trompe. « Pour convaincre, il faut parler au système 1… Les ressources du système 1 – la narration, le récit, ou la confiance que l’on a dans la personne qui parle – comptent beaucoup plus que le raisonnement. »

Mais il existe une façon plus directe de parler au système 1 : « on peut obtenir un ralentissement des automobilistes à l’approche d’une courbe dangereuse en peignant en travers de la route des bandes blanches de plus en plus rapprochées. Le résultat obtenu est beaucoup plus efficace que la signalisation classique. » Mais là on touche à la perception directe et aux réflexes associés. (Cette dernière citation est de la rédaction de la revue Sciences Humaines, les autres sont de Daniel Kahneman – Sciences Humaines n°246, mars 2013)

Bon, en même temps je trouve cette description binaire un peu simpliste. Mais elle est pratique, donc pertinente. Surtout si l’on considère qu’il peut y avoir des transferts du système 2 au système 1, avec le temps (évolution psychique).

Les travaux de Daniel Kahneman et de Amos Tversky remontant déjà à pas mal d’années, les politiciens ont eu le temps d’apprendre l’importance du récit pour convaincre. Mais ils ont un problème : ils sont vite amenés, c’est plus fort qu’eux, à proposer divers récits contradictoires…

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0