Une âme parmi les autres

Transmission (orale)

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Une âme parmi les autres > Transmission (orale)

samedi 27 juillet 2013

Quel est donc l’habile tortionnaire qui m’a appris à toujours interpréter les choses à mon désavantage [1], m’empêchant ainsi d’aller de l’avant ? Je crois bien que c’est ma mère. Elle m’a transmis son savoir-faire, son savoir-ne-pas-être. Sans doute voulait-elle que je paie pour ceux-là dont parle Mary Louise Roberts, les mâles guerriers tout puissants (voir post précédent). Elle m’a offert en sacrifice.

(Oui, bon, je broie du noir et c’est de la faute à personne ; ça passera, puis ça reviendra encore, ma folie ne semblant pas vraiment disposée à disparaitre…)

[1Par exemple, à prendre au sérieux des propos qui m’incitent à ne pas suivre mes désirs, et à ne pas prendre au sérieux d’autres qui m’y inciteraient. Puis, afin qu’il y ait souffrance (ce ne serait pas drôle, sinon), à m’en rendre compte quelques jours plus tard – enfin, non, cela je l’ai appris tout seul, à m’en rendre compte, petit à petit, parfois confusément.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0