Ames perdues

Une société assassine et suicidaire

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Une société assassine et suicidaire

mardi 30 juillet 2013

De quoi souffre l’âme solitaire, de misère sexuelle ? Certes non, la personne qui se sent trop seule souffre de misère émotionnelle. Notre folle époque, pourtant, méprise tellement l’émotion qu’elle cherche à en débarrasser les rapports sexuels comme elle a tout fait pour en effacer les traces sur les lieux de travail. Trop difficile à contrôler, les émotions, alors on éradique, ou on tente de le faire ! Cela ressemble à cette nouvelle façon de s’alcooliser qui s’est développée ces dernières décennies en Europe, par le nord : boire rapidement des cocktails conçus pour procurer l’ivresse totale le plus vite possible. Là aussi l’on évacue l’émotion, car l’alcool n’est intéressant que comme facilitateur d’émotion ; pris tranquillement et à dose modéré, il met dans l’état qui précède l’ivresse, état où les émotions sont comme magnifiées (même les mauvaises). Que gagne-t-on à être ivre-mort, sinon l’assurance d’un lendemain difficile et le risque d’attraper de gros ennuis avec sa santé, voire avec la société ?

L’autre jour, dans mon paquet de spams, un mail me proposait "un plan cul". Un plan cul ! Il s’agit bien d’évacuer au maximum les émotions des relations sexuelles. Les émotions sont considérées comme des éléments perturbateurs. Qu’apportent ces plans culs ? Si peu de choses qu’on tend à les multiplier avec le vain espoir d’en remplir sa vie de plus en plus vide, d’en vitaliser son âme de plus en plus amorphe. Car l’âme a soif d’émotions et de nulle autre chose. Dans le sexe, ce n’est pas le sexe qui compte le plus, ce sont les émotions qui l’accompagnent. Vouloir s’en débarrasser est de la folie furieuse ! A côté de cela, un type comme moi, avec ses petits délires passagers, paraît drôlement sain d’esprit !

Il y a peu, quelqu’un m’a fait un grand cadeau. Bon, il y a le très beau CD de musique donné par ma sœur, mais ce n’est pas à cela que je pense. La musique apporte elle aussi des émotions, mais un CD n’est jamais que de l’émotion en conserve. Non, quelqu’un est venu me donner en direct des émotions. Pas toutes agréables, d’ailleurs, mais là n’est pas l’essentiel. Même des émotions pénibles peuvent finalement s’avérer positives. Il s’agit de remuer l’âme. L’émotion est le moteur de l’âme, c’est d’abord non pas le mouvement de l’âme, mais ce qui la fait se mouvoir. Sans émotions, l’âme dépérit.

Mais, bien sûr, les émotions trop violentes sont dangereuses. Il en est dont on peut souhaiter à tous d’être préservé. Il ne s’agit pas là, seulement, d’« humanité »…

Au large du golfe d’Arta, en Grèce, à bord d’un navire de recherche, Joan Gonzalvo observe un grand dauphin femelle, à l’évidence en détresse. Inlassablement, à contre-courant, elle pousse de son rostre et de ses nageoires pectorales un nouveau-né, sans doute le sien. Le petit est mort… (pour lire la suite : Des animaux en deuil ?)

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0