Rupture

Trois types d’électeurs

Accueil > Points de vue > Rupture > Trois types d’électeurs

lundi 9 avril 2007

Qu’est censé faire le capitaine d’un navire lorsqu’il découvre un paquebot menaçant de sombrer ? Même s’il n’est pour rien dans ce naufrage, la simple humanité (et accessoirement, la loi) lui commande de secourir au plus vite.

Alors, les pays "riches", ceux dont une large partie de la population vit dans un luxe inouï (au regard de l’histoire, et même si cette population ne s’en amuse guère et peine, au contraire), ces pays ont les mêmes devoirs humains envers les régions du monde où des millions de gens meurent de faim : recueillir, et essayer d’empêcher le naufrage.

Enfin, c’est mon point de vue, mais il y en a au moins deux autres.
Une deuxième façon de voir consiste, pour le capitaine, à se dire que lui et son navire ne sont pas concernés et que pour ne pas être mêlé à cette triste affaire, il faut déguerpir au plus vite, ni vu, ni connu.
Puis il y a le point de vue du pilleur d’épaves, qui attend la fin de la tragédie et vient se repaître des restes.

 
La première de ces trois attitudes correspond, chez un électeur, à la volonté de changer notre organisation économique. Elle peut être, par exemple, le souhait de donner un coup d’arrêt à cette croissance folle qui ruine le monde en ne le nourrissant que très partiellement.

La deuxième est celle de l’électeur égoïste : « moi, du moment que j’ai un emploi correct en CDI, qu’un avenir professionnel est assuré à mes enfants et qu’on ne me tape pas sur la gueule le soir, dans la rue, pour me piquer ma monnaie, le reste, j’m’en balance ! » C’est un point de vue, somme toute, très conservateur, mais partagé par de nombreux électeurs se proclamant de gauche ou de droite ! C’est aussi un égoïsme à courte vue, car le naufrage que nous cherchons à ne pas voir a tout de même des témoins et des survivants ; il nous faudrait les massacrer tous pour assurer notre tranquillité à venir, et c’est matériellement impossible.

Enfin il y a les rapaces.

 
Peut-être est-ce parce que je n’ai pas étudié suffisamment les candidats à la présidentielle française, leurs personnalités, leurs programmes, mais à l’heure actuelle j’en suis encore à me demander lesquels d’entre eux sont en mesure de satisfaire pleinement l’un ou l’autre de ces trois grands types d’électeurs, et j’ai l’impression que même en les étudiant à fond, je resterais dans la même ignorance. La plupart des candidats semblent tenter de séduire les électeurs des deux premières catégories, ou des deux dernières, voire même des trois. D’où un certain flou dans les discours, sinon des contradictions…

Si quelqu’un pouvait m’éclairer à ce sujet (et, pourquoi pas, les candidats eux-mêmes)…

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0