Ames perdues

Un air qui souffle autour de Constantinople

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Un air qui souffle autour de Constantinople

dimanche 8 décembre 2013

Si le timbre, l’air que voila, est né en un seul être, alors celui-ci a pu se coucher heureux (peut-être) et fier (sûrement) en entrant dans son sommeil éternel ! Mais même si les choses ont l’air, parfois, de sortir d’une seule tête, il n’en est rien. Si dans la fiche identitaire des fleuves on n’indique qu’une seule source, un ruisseau tout seul serait bien en peine de donner naissance à un fleuve !

Si l’analogie du fleuve est intéressante pour comprendre ce qui se passe dans les têtes des "créateurs", c’est celle de l’arbre qui prévaut pour évoquer l’aventure d’une création libérée de son ou ses "premiers" auteurs (mais jusqu’où faut-il remonter ?). L’analogie de l’arbre, ou plutôt l’analogie de la forêt engendrée par l’arbre au contact de son environnement.

Arbre turc

 

Arbre ouzbek ?

 

Arbre croate ?

 

Arbre israélien

 

Arbre bosniaque ?

 

 

 

Voici une traduction de deux couplets de la célèbre version turque dont il est question dans le film ci-dessus :

Lorsque m’en allant à Uskudar, survient une pluie
La redingote de mon clerc est longue, ses basques sont couvertes de boue
Le clerc m’appartient et je suis à lui, de quoi se mêlent les autres
Une veste lamée ira à ravir à mon clerc
 
Lorsque m’en allant à Uskudar, l’épicier du coin de la rue
crayon en main, faisait ses comptes
Le clerc m’appartient et je suis à lui, de quoi se mêlent les autres
Une chemise amidonnée ira aussi à ravir à mon clerc

Source : Tous aux Balkans, qui lui-même s’est sourcé ici : http://forum.lokanova.net/viewtopic.php?p=366335#p366335

Le Wikipedia français donne une origine très séduisante à cette chanson. Où il est question du costume occidental imposé aux fonctionnaires stambouliotes, de la guerre de Crimée, du kilt et d’une marche écossaise…
Le récit de wikipedia est confirmé et même complété sur Palestine-solidarité (en fait une des sources de l’article wikipedia).

Ce récit est convaincant en ce qui concerne ces paroles turques, mais pour ce qui est de la musique…

 

 

 

Note : toutes ces vidéos, sauf la présentation du film (que je n’ai pas vu) "Whose is this song ?", je les ai trouvées déjà réunis (avec d’autres) dans un "mix" YouTube. Je n’ai donc pas eu un gros travail à faire. En particulier, ce n’est pas moi qui ai fait le rapprochement entre l’air d’Uskudar et l’hymne à la vierge de l’église orthodoxe bulgare. J’en aurais été bien incapable, comme je demeure incapable de donner le moindre avis à propos de la pertinence d’un tel rapprochement. Sinon qu’il est bien moins abracadabrant que le rapprochement avec n’importe quelle marche militaire écossaise.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0