Ames perdues

(Publié le 10 sur blog.fr)

Saint Sava, protège la Serbie !

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Saint Sava, protège la Serbie !

dimanche 15 décembre 2013

Je sais, ce n’est toujours pas Noël, mais je m’en fous pas mal, de Noël !
 

 

Cette fois, aucun doute, il s’agit de chanteuses serbes chantant la Serbie. C’est un hymne à saint Sava, saint local, et dans presque chaque couplet il est question du serbe, du cœur serbe et même de la nation serbe [1] ! Il est vraisemblable qu’il ne s’agisse que d’une version parmi d’autres, mais pourquoi suis-je tombé sur celle-là ?
Dans la commune où j’ai grandi, nous chantions "Sainte Anne, ô bonne mère…", et je crois me souvenir que c’était dans une version avec :

Sainte-Anne, ô bonne mère,
Toi que nous implorons
Entends notre prière
Et bénis tes Bretons.

Ce n’était pas à tous les couplets, mais ce n’était pas forcément très sain pour autant (voir les textes, et éventuellement écouter, ici). D’ailleurs, je ne suis pas sûr qu’il soit très sain d’implorer un dieu.

Mis à part les paroles, qui ne peuvent pas me gêner puisque je ne les comprends pas, cet hymne à saint Sava me touche plus que le cantique à sainte Anne de mon enfance. Et même, il sonne assez familièrement à mon oreille, je ne sais pourquoi.

***

Il est d’autres manières de chanter son pays, son vrai pays, celui qui ne se nomme pas (car chacun a le sien) :
 

Il est regrettable à mes yeux que le diaporama ci-dessus raconte quelque chose de plus – ou plutôt quelque chose de moins –, quelque chose de différent, en tout cas, que la chanson qu’il accompagne.

AUUR DE LA NUIT
Au cœur de la nuit j’entends le vent
Beugler (meugler) par dessus la maison
 
petit vent, souffle donc
Combat la lande et au galop
Viens vite nous chanter ton chant de liberté
 
Il souffle de l’est ce vent
Qui beugle par dessus la maison
 
Il souffle de l’ouest ce vent
Qui beugle par dessus la maison
 
Il souffle de la terre ce vent
Qui beugle par dessus la maison
 
Il souffle de l’océan ce vent
Qui beugle par dessus la maison
Peu importe d’où souffle le vent
Il fait bon vivre dans notre maison

[1Si j’en crois le traducteur Google qui traduit ce texte à peu près de la même façon si on lui dit que c’est du croate, ou du serbe, ou encore du bosniaque. Par contre, contrairement au "Christ est ressuscité" précédent, il ne traduit pas si on lui dit que c’est du slovène. Le texte en question se trouve .

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0