Ames perdues

Enfants, hommes et femmes dans la danse : les Batwa

Accueil > Points de vue > Ames perdues > Enfants, hommes et femmes dans la danse : les Batwa

mercredi 19 février 2014

 

 

Les Batwa sont des pygmés de la région des Grands Lacs ; ici, au sud-ouest de l’Ouganda.

« Certaines sociétés de chasseurs-cueilleurs, telles que celles des peuples Pygmées, ont été caractérisées comme des sociétés de "retour immédiat". Elles sont mises en contraste avec les sociétés agricoles, pastorales ou capitalistes dites de ‘retour différé’ dans lesquelles le travail est investi sur de longues périodes avant qu’une récolte soit produite où consommée, où il est organisé de façon hiérarchique et où les biens vitaux sont des possessions individuelles.

Les sociétés de "retour immédiat" sont fortement tournées vers le présent. Les gens obtiennent un retour immédiat et direct pour leur travail. Ils consomment la majeure partie de leur production alimentaire le jour où ils l’obtiennent et gardent rarement des surplus. Ils sont nomades et voient le mouvement de façon positive. L’organisation sociale est fondée sur un campement temporaire occupé généralement par quelque 60 personnes réparties dans une dizaine de huttes rapidement construites. Les campements doivent pouvoir s’agrandir ou diminuer de manière à maintenir la viabilité des activités de chasse et de cueillette ainsi qu’une certaine harmonie sociale. Une ‘stratégie d’évitement’ – s’éloigner des gens avec qui l’on est en conflit – est une méthode commune pour résoudre les problèmes. En général les Pygmées se servent de leur mobilité pour éviter les problèmes tels que la faim, la maladie, la domination politique par leurs voisins agriculteurs ou les différends qui peuvent s’élever entre eux.

L’accent est fortement mis sur le partage non réciproque obligatoire comme principe moral pour régler l’apparition d’inégalités sociales à l’intérieur du groupe. Par exemple, si une personne détient plus que ce dont elle a momentanément besoin, elle est dans l’obligation morale de la partager sans rien attendre en retour. D’autres membres du campement lui réclameront, à grands cris si nécessaire, leur part. Cette "demande-partage" conduit à un haut niveau d’égalité sociale et économique. Il y a une absence notable d’inégalité sociale entre les hommes et les femmes et entre les anciens et les plus jeunes. N’importe qui peut faire entendre son avis et suivre ou résister à l’influence des autres selon son choix. Les relations entre hommes et femmes dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs dites de retour immédiat sont parmi les plus égalitaires que l’on connaisse.

La demande-partage et d’autres "mécanismes de nivellement" assurent le maintien d’une égalité relative entre tous les membres du campement. Les rôles de "direction" sont assumés en fonction du contexte : les individus, femmes ou hommes, dont l’expérience et les capacités sont reconnues dans un contexte particulier peuvent être démocratiquement acceptés comme ayant quelque autorité dans ce contexte, par exemple, lors d’expéditions de chasse ou de cueillette, ou pendant certaines prestations rituelles, ou en tant que porte-parole en présence de personnes extérieures. Les formes traditionnelles de commandement sont informelles et fonctionnent sur le principe du consensus – ce qui est suggéré est accepté en raison de son bon sens. Des spécialistes dans un domaine peuvent être raillés sans pitié, on peut s’opposer à eux avec force ou les abandonner s’ils essayent de prétendre à quelque autorité en dehors de leurs compétences reconnues. »

Source : Les pygmées Batwa de la région des Grands Lacs, rapport de Minority Rights Group International.

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0