Rupture

La société du feu

Accueil > Points de vue > Rupture > La société du feu

vendredi 14 mars 2014

Le feu appartient au monde de l’aéroport, ce monde que nous devons démanteler.

P.-S.

(ajouté le 15 mars) En lisant cette phrase, certains comprendront sans doute qu’il nous faut nous réapproprier le feu. L’idée se défend, en effet, mais ce n’est pas du tout celle que j’avais en tête hier matin. Je vais donc réécrire cette phrase :

La destruction appartient au monde de l’aéroport, ce monde que nous devons démanteler.

Il n’empêche que nous sommes en droit de nommer l’ère capitaliste l’âge du carbone, car tout a commencé avec le charbon et s’est prolongé avec le pétrole. Mais parler du carbone, c’est oublier que toute combustion met en œuvre un carburant et un comburant, c’est oublier en particulier que toute combustion atmosphérique met à contribution un bien commun de l’humanité que nous ne mesurons pas. D’où ma préférence pour les expressions "l’âge du feu" et "la société du feu".

Par ailleurs, tout a commencé également avec les grandes explorations et l’imprimé pour, aujourd’hui, se terminer en apothéose avec le tourisme et internet. L’âge du feu est aussi l’âge de la communication, ou plutôt l’âge des transmissions – la forme de communication nécessaire aux pouvoirs.

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0