Notes ouvertes

La grand-messe électorale

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > La grand-messe électorale

dimanche 23 mars 2014

C’est aujourd’hui jour de grand-messe, il y a cérémonie des élections…

Le rituel électoral légitime le pouvoir politique et, par ricochet, les pouvoirs économiques et techniques – car il y a un pouvoir technique que l’on peut nommer techno-science. De plus, il personnalise le pouvoir. Tout le monde (ou presque) se voit du coup dirigé par une personne donnée, et ne s’en prend qu’à elle lorsque tout semble aller de travers. A elle ou à son parti, car joue aussi le côté partisan : on s’en prend au parti d’en face. Si c’est un progrès (?), il est négligeable.

Ce rituel ne permet même pas de choisir la personne la plus apte au rôle que l’on s’apprête à confier et à la position que l’on s’apprête à donner. Des candidats nous ne connaissons que des apparences, et de plus en plus souvent des apparences calculées, fabriquées. Et même si nous connaissions vraiment ces personnes parmi lesquelles nous choisissons, saurions-nous retenir les bon critères ? Savons-nous quels sont les bons critères ?

Sans parler du fait que la position que l’on s’apprête à remettre à quelqu’un est elle-même discutable. Nos institutions perdurent car elles fonctionnent plutôt bien pour les pouvoirs économiques en place, c’est tout ; elles n’ont pas d’autre justification.

Mais faut-il lutter contre la grand-messe ou contre la religion dont elle est le rite principal ? Nous savons par expérience que brûler les églises n’enlève pas aux gens leur foi.

P.-S.

En même temps, c’est le rituel qui donne corps à l’idée de nation…

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0