Peuples sans limites

A quoi sert la question identitaire

Accueil > Points de vue > Peuples sans limites > A quoi sert la question identitaire

mardi 13 mai 2014

Selon le sociologue Jean-Claude Kaufmannn, « la question identitaire a historiquement résulté de la désagrégation des communautés, libérant un individu contraint de s’auto-définir » [1]. Sans doute cette "question identitaire" résulte en partie de la désagrégation des communautés par la montée en puissance du capitalisme, en partie seulement parce que ce sont d’autres circonstances qui ont fait que le monde a réagi en soulevant une "question identitaire", mais en quoi l’individu "libéré" par la désagrégation des communautés est-il contraint de s’auto-définir ? Je flaire là une circularité : on dit qu’il y a une question identitaire parce que les individus se trouvent contraints de s’auto-définir, mais ils ne sont contraints de s’auto-définir que parce qu’a été soulevé une question identitaire ou, ce qui revient au même, parce qu’ils sont sommés de se tirer d’affaire seuls, individuellement. Si au lieu de nous soucier d’identité nous nous demandions en quoi étaient utiles les communautés, nous comprendrions alors vite à quel point leur disparition a libéré un individu déraciné. Toutes ces "quêtes du sens de la vie" et ces "quêtes d’identité" sont en réalité des recherches d’une terre vivante où s’enraciner à nouveau (une terre vivante, c’est-à-dire une ou des communautés – voir mot clé enracinement, lire Simone Weil).

On nous fait croire que nous avons perdu le nord, mais nous n’avons pas perdu le nord, nous avons perdu les liens qui nous unissaient, l’enracinement.

[1L’invention de soi, une théorie de l’identité, Armand Colin 2004, p.58.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0