Peuples sans limites

Célébrer la vie

Accueil > Points de vue > Peuples sans limites > Célébrer la vie

samedi 7 juin 2014

Il parait que la joie est, dans les proverbes de Salomon, considérée comme la meilleure médecine. Nous n’avons pas vraiment besoin de proverbes ni d’anciens rois prophètes pour sentir et comprendre cela mais bon, beaucoup d’entre-nous ont besoin de se rassurer en lisant dans de vieux textes ce qu’ils sont fort capables de connaître par eux-mêmes. Oui, la joie est la meilleure médecine, et nous devrions nous souvenir de cela à chaque fois que l’on cherche les moyens de soigner les humains comme la société de leurs maux, quelle que soit la nature de ces maux.

Ce qui suit n’est vraisemblablement pas une prière à proprement parler (je ne connais pas les contextes de la pratique originale de cette danse [1]), cependant j’y trouve un élément commun avec les danses des rituels alévis et inhabituel, voire inexistant, dans les rondes populaires d’Europe et du Proche-Orient ; dans les bals, je rencontre souvent des gens venus pour s’amuser et je vois des gens qui dansent visiblement pour s’amuser ; ce n’est pas mon cas, je n’associe pas la danse au jeu et à la gaieté mais à la joie et à l’harmonie (harmonie avec les autres, avec la musique, avec le monde [2]).

 

 

Le groupe Isopothes joue à Coulans sur Gée (Sarthe) ce Dimanche après-midi ainsi que Lundi après-midi. J’ai plutôt tendance à boycotter les soi-disant "danses d’Israël", mais qu’on me les présente comme des danses hassidiques (ou yiddish, etc.), alors là je dresse l’oreille et ouvre grand les yeux ! Mais ce coup-ci j’ai ouvert grand les yeux et les oreilles avant de comprendre que c’était une manifestation d’une culture juive, et d’une culture juive qui met la joie en avant, qui la considère essentielle dans la vie comme dans la communication avec Dieu [3]. Je ne crois pas que l’on puisse communiquer avec Dieu vu que je ne crois pas en son existence, mais je crois que la joie se partage et cela vaut bien toutes les communications extra-terrestres. La joie est toute intérieure mais si puissante qu’elle rayonne. Et si j’allais danser demain…

 

[1Lu sur un site suisse consacrée à la musique klezmer :

les Juifs utilisaient un langage corporel qui les différenciait des non juifs pratiquant les mêmes danses, en particulier par les mouvements des bras et des mains, ainsi que par le jeu de jambes chez les jeunes hommes.
La gestuelle ashkenaze était fortement inspirée du langage et des considérations éthiques jouaient sans doute aussi un rôle.
[…]
Dans de nombreuses communautés misnagdiques (non hassidiques), le freylekh, le sher, la polish patsh tants, etc. pouvaient être dansées en couples mixtes.

Chez les plus orthodoxes, les hommes dansaient séparés des femmes.
[…]
De nombreuses danses traditionnelles ashkénazes ont été ritualisées et sacralisées vers le début du 19e siècle par les hassidim, de la même façon que bien d’autres aspects laïcs de la vie juive. Il a suffi d’en valoriser la gestuelle patriarcale et mystique et les mouvements de dévotion religieuse extatique aux dépends des aspects érotiques et ludiques (Zev Feldman)…
[…]
Les mouvements des bras sont importants : ils délimitent l’espace "privé" du danseur et les gestes de ses mains symbolisent un langage : en "ouvrant" les paumes vers le haut, on invite le voisin ; en mettant les paumes en avant, doigts vers le haut, on lui interdit l’approche !

Particulièrement dans la "broyges tants", il y a aussi des gestes de colère, de mépris, de dédain, de questionnement, de supplication, puis de réconciliation, de pardon et d’affection, etc.

Et le geste hassidique typique : mains en supination, paumes vers le haut, avec la tête légèrement inclinée en arrière et sur le côté, semblant implorer Dieu ou le questionner "pourquoi m’as-tu fait ça"…

source : http://borzykowski.users.ch/ , page "Danses Yiddish".
Un site qu’il serait intéressant d’explorer : http://www.yiddishdance.com/

[2(note ajouté le 9 au soir) Et donc la joie, qui est harmonie intérieure ; la joie et le sentiment de plénitude : harmonie intérieure et extérieure, ou tout au moins sentiment d’harmonie intérieure et extérieure, en soi-même et avec le monde.

[3D’après Wikipedia. Je ne connais pas le hassidisme, mais je pense que l’on peut faire assez confiance à un article wikipedia traitant de judaïsme, il y a à coup sûr suffisamment de monde à veiller au grain sur ce terrain-là ! Quoique… il y aurait un fort courant antisioniste chez les hassidiques.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0