Ames perdues

La belle au jardin d’amour

Accueil > Points de vue > Ames perdues > La belle au jardin d’amour

mardi 15 juillet 2014

Chanson traditionnelle passée entre autre en Haute Bretagne. Texte restitué par ma mémoire, mémoire plus fidèle à mon âme qu’à mes sens (mes sens, en l’occurence l’ouïe – les chants entendus – et l’œil – les transcriptions écrites lues), après des années de non pratique et une nuit plus une journée de recherche dans ma tête :

La belle est au jardin d’amour (bis)
Pour y passer une semaine
Belle Louison, que je vous aime

Son père la cherche partout (bis)
Et son bel amant est en peine
Belle Louison, que je vous aime

Berger, berger, n’a tu point vu (bis)
N’as-tu point vu la beauté même
Belle Louison, que je vous aime

Oh si, oh si, je l’ai bien vu (bis)
Assis au bord d’une fontaine
[notez l’inattendu masculin [1]]
Belle Louison, que je vous aime

Entre ses mains tient un oiseau (bis)
A qui la belle raconte ses peines
Belle Louison, que je vous aime

Petit oiseau, qu’tu es heureux (bis)
D’être entre les mains de ma belle
Belle Louison, que je vous aime

Et moi qui suis son amoureux (bis)
Je ne peux pas m’approcher d’elle
Belle Louison, que je vous aime

Approches, approches, mon bel aimant (bis)
 ?
Belle Louison, que je vous aime.

 
Et transcription de l’interprétation par laquelle je connais cette chanson :

La belle est au jardin d’amour (bis)
Pour y passer une semaine
Belle Louison, que je vous aime

Son père il la cherche partout (bis)
Ton bel amant il est en peine
Belle Louison, que je vous aime

Berger, berger, n’a tu point vu (bis)
N’as-tu point vu la beauté même
Belle Louison, que je vous aime

Oh si, oh si, je l’ai bien vu (bis)
Assise auprès d’une fontaine
Belle Louison, que je vous aime

Entre ses mains tient un oiseau (bis)
A qui la belle raconte ses peines
Belle Louison, que je vous aime

Petit oiseau, qu’tu es heureux (bis)
D’être entre les mains de ma belle
Belle Louison, que je vous aime

Et moi qui suis son amoureux (bis)
Je ne peux pas m’approcher d’elle
Belle Louison, que je vous aime

Approches, approches, fidèle aimant (bis)
Car c’est pour ça qu’la belle est faite
Belle Louison, que je vous aime.

Mais le second vers du dernier couplet ne méritait-il pas d’être oublié parce que coupable d’équivoque, pour le moins ?

 

Source de la transcription : http://mediatheque.dastum.net/Record.htm?idlist=2&record=19154312124919725949 (cliquer sur le @ à droite).

P.-S.

(le samedi 19 juillet) Jetant un coup d’œil (et d’oreille) aux archives Dastum, je viens d’y trouver une version du fameux derniers vers qui me sied beaucoup mieux, bien qu’elle soit presque identique à l’autre. Si je comprends bien la voix du chanteur (je n’en suis pas sûr), il chante à la fin :

Et moi qui suis son amoureux [bis]
Qu’essaie pas d’m’approcher d’elle
Belle Marie que je vous aime
[il a dit ne pas se souvenir du "petit nom"]

Approches, approches, fidèle amant [bis]
C’est pour toi qu’la belle est faites
Belle Marie que je vous aime

On m’a signalé une autre version intéressante de cette chanson, collectée également en Haute Bretagne, très proche (au moins par le texte), et publiée par Adolphe Orain au XIXe siècle. Les deux derniers vers en sont :

Amant, amant, approchez-vous
Pour vous, elle cueillit la verveine

Là, rien à dire a priori sur le fond. Mais j’avoue avoir jusqu’à présent tout ignoré des bienfaits de la verveine :

Symbole de paix, mais aussi tisane agissant sur l’utérus ( http://aujardindamel.e-monsite.com/pages/les-plantes-usages/verveine/ )
Herbe sacré, herbe de Vénus (http://www.natural-home.fr/plantes-v/591-verveine.html )
Purifie les lieux et les êtres de toute impureté générée par des abus sexuels ( http://www.equi-nox.net/t4802-verveine )
Symbole d’inspiration ( http://agora.qc.ca/dossiers/Verveine )
Rend tout le monde grivois, attractif puissant pour le sexe opposé ( http://www.magiemetapsychique.org/t8351-symbolique-verveine#axzz37vKSbKZR )

Mais quant à la forme, bof !

[1Mais aussi, pourquoi la beauté serait-elle féminine ? Je n’ai pas effectué de recherches sur la question, mais je pense qu’il n’en est pas ainsi dans toute les langues !
Pourquoi la beauté serait-elle féminine ? Mais parce que la domination, et donc aussi la maîtrise de l’orthodoxie de la langue, est masculine ! Pour moi, effectivement, même si l’on peut parfois être amené à discuter de ma nature masculine, la beauté est féminine, même s’il m’arrive d’être émerveillé par des beautés masculines. Au cours du long week-end festivalier que je viens de passer – ça me fait penser qu’il faut que je songe à aller dormir, dans six heures je dois être en train de prendre mon petit déj. –, au cours de ce week-end que j’ai pu, par chance, encore prolonger d’une journée, j’ai à de multiples reprises croisé deux créatures célestes – tout au moins m’ont-elles parues de nature céleste –, enfin, deux plus quelques autres à peine plus terrestres, Toutes – tiens, les créatures aussi sont féminines… –, toutes femmes, et pas qu’un peu femmes !

(ajouté le samedi 19 juillet) Vous remarquerez au passage que, pour moi, la beauté n’est pas seulement féminine, elle est "céleste" ; c’est que j’ai été biberonné à l’imagerie religieuse ! C’est assez ennuyeux que la beauté soit ressentie comme céleste, cela intimide !

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0