Rupture

Petit exemple anodin du cynisme marchand (suite)

Accueil > Points de vue > Rupture > Petit exemple anodin du cynisme marchand (suite)

samedi 6 décembre 2014

C’est comme ceux-là :

De gauche à droite : Henrik Enderlein, le ministre français de l’Economie Emmanuel Macron, son homologue allemand Sigmar Gabriel et Jean Pisani-Ferry jeudi 27 novembre à Paris. (Photo Eric Piermont. AFP)

Comme ils ont l’air content d’eux ! Mais, curieusement, le gros moins que les autres. Et Emmanuel Macron n’arbore qu’un sourire fabriqué (regard compris), un sourire travaillé spécial medias. Cela fait partie du triste boulot de communicant. Parce que nos (façon de parler), nos ministres sont aussi des "communicants" (comme tout VRP).
Le co-rédacteur français du rapport (sur le marché du travail) qu’ils viennent de rendre public, Jean Pisani-Ferry (à droite), a l’air particulièrement content de son coup.

Mais qu’est-ce que j’écrivais, déjà, au printemps dernier ? Ah oui ! « attaquer les pouvoirs occidentaux, non les grands détenteurs de capitaux, non les politiciens occidentaux, non les occidentaux… » Facile à dire !

C’est en particulier à travers les "hommes" (effectivement, c’est encore le plus souvent des mâles) que le pouvoir se montre. Mais ces "hommes" ne sont eux-mêmes qu’une image du pouvoir. Ce ne sont que des aides de "dames pipi" (voir billet de mercredi dernier), leur rôle est de s’assurer que le transit fonctionne bien, ou, dit en d’autres termes, que la production se passe dans de bonnes conditions économiques. Les conditions économiques, bien sûr, pas les conditions humaines de travail et, plus généralement, de vie. Ces dernières conditions sont très secondaires, et même indignes d’attention, lorsque l’on croit qu’elles dépendent de la bonne santé de l’économie. Les conditions humaines – pardon, "sociales" –, ça, les personnels gouvernementaux ne comprennent pas ce que c’est, ou tout au moins ils ne s’y intéressent pas vraiment car cela ne fait pas partie de leurs attributions. Ce qui fait partie de leurs attributions, en revanche, c’est de se donner l’air de s’occuper aussi des conditions humaines (parce que le peuple – les "bonnes gens", les ignares, les humbles –, doute parfois que la richesse de leurs vies soit proportionnelle à la richesse de l’économie). Mais c’est là chose relativement facile lorsqu’on a rebaptisé ces conditions "conditions sociales", étant admis que le moloch capital marchand est un "partenaire social" aussi humain que les autres "partenaires", et même plus, puisqu’il compte souvent autant que l’ensemble de tous les autres "partenaires" – quand il ne réussit pas à tenir lui-même le rôle de tous les "partenaires".

Mais je ne suis pas sûr que chez tous les politiciens il y ait là du cynisme. Il semble que chez certains nous ayons affaire à une sorte de délire.

 

Source : http://www.liberation.fr/economie/2014/11/27/marche-du-travail-francais-un-rapport-a-l-offensive_1151983

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0