Rupture

De temps en temps, des nouvelles de la province…

Accueil > Points de vue > Rupture > De temps en temps, des nouvelles de la province…

lundi 9 juin 2008

"Je vis au château", écrivais-je en commençant ce blog. Aujourd’hui parviennent au château (via le journal Le Monde) des nouvelles de nos lointaines provinces :

C’était à la fin du mois de février. Le Cameroun se révoltait, et avec lui la capitale de la banane, à 80 km à l’ouest du port de Douala. Pendant quatre jours de grève, de barricades et de pillages, Njombe Penja, nichée au coeur de collines verdoyantes, a vécu l’état de siège. Neuf de ses jeunes ont été tués par l’armée et, aujourd’hui, la ville est toujours en état de choc. Les bouches restent fermées, les regards fuyants, les rendez-vous discrets, de peur d’être "indexé" - dénoncé aux gendarmes.

Le maire, Paul-Eric Kingue, est en prison depuis le 29 février. Il a été suspendu de ses fonctions. Officiellement, il est accusé d’avoir incité des jeunes à la révolte et d’être l’auteur de malversations financières. Mais la majorité de la population n’y croit guère. Ce Paul-Eric est un homme courageux. Il s’était scandalisé des salaires pratiqués par les sociétés exploitant les bananeraies - 25 000 francs CFA (37,50 euros) par mois. Il avait dénoncé les privilèges fiscaux et les exonérations de taxes dont bénéficient ces entreprises, toutes dirigées par des Français. Bref, il défendait ce que les Camerounais nomment "le bas peuple".

Aucun doute, pour la population : ce sont ces compagnies qui ont obtenu l’éviction du maire. Depuis sa prison, ce pilier du parti présidentiel, ultradominant, a envoyé une lettre ouverte au chef de l’Etat, Paul Biya, pour justifier sa croisade. Il y décrit "le paradoxe déconcertant" de Njombe Penja, "une zone très riche avec des populations très pauvres".

Abasourdis par la répression, les jeunes n’avouent pas d’emblée qu’ils ont participé aux émeutes. Quant aux Français qui dirigent les exploitations de bananes, ils hésitent avant d’admettre l’évidence : les entreprises qu’ils dirigent ont été prises pour cibles.

Violences contre le patron, l’"exploiteur" ? Le Français ? Le Blanc ? Difficile de faire la part des strates du ressentiment. "Les émeutes n’étaient pas sciemment dirigées contre des sociétés françaises. Les gens ont fait éclater leurs frustrations, ils s’en sont pris à ce qu’ils avaient sous la main, ils voulaient punir le gouvernement de Yaoundé", assure Pierre Moulima, directeur des ressources humaines de SPM (Société des Plantations de Mbanga). Mais il admet aussitôt : "On nous traite constamment de "Français colonialistes", on nous accuse de prendre les terres et de réduire en esclavage la main-d’oeuvre camerounaise." Puis tempère : "Les gens qui soutiennent cela ne sont pas éduqués."

Ben alors il va falloir financer des écoles ! (mais, évidemment, il faudra bien superviser les programmes !)

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0