Rupture

La solution à nos problèmes

Accueil > Points de vue > Rupture > La solution à nos problèmes

samedi 20 février 2016

Il existe peut-être un moyen festif, ludique, de déminer, décrisper, bien des fausses situations contemporaines : des tournois entre noirs et blancs, entre grands et petits, entre LGBT et hétéros, entre gras et maigres, entre gens de culture musulmane et gens de culture chrétienne, entre blonds et bruns, entre réfugiés et habitants installés, entre droitiers et gauchers, etc. Cela pourrait aller du match de foot à la belote, en passant par le tir à la corde. Et pourquoi pas, aussi, le chant, la musique et la danse. A condition que les équipes restent des réalités ponctuelles et spontanées, afin qu’elles ne deviennent pas autant de représentations, afin de ne pas imiter les mondes "sportifs" et "politiques" contemporains qui, sans toujours le savoir, "essentialisent" à tout va.

Mais sans doute, malheureusement, que pour parvenir à l’apparition spontanée de tels tournois, il faut d’abord un début de décrispation…

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la peine de songer à des matchs pro-aéroports contre anti-aéroports, parce qu’il ne s’agit pas là d’une situation fausse mais bien d’une véritable question, d’un vrai problème – si l’on met à part le fait que l’on peut être pro ou anti pour des raisons personnelles et particulières. Si l’arrivée massive et relativement soudaine de réfugiés en Europe pose des problèmes, elle n’en est pas un en elle-même : les réfugiés sont là, il faut donc ouvrir la porte et dresser la table, et afin de parvenir à dresser cette table il faut abandonner l’économie politique, cette invention qui, en son temps, a débloqué beaucoup de choses, mais qui aujourd’hui bloque tout. Cet abandon apportera un début de réponse à beaucoup de nos problèmes, et parfois beaucoup plus qu’un début !

En France, si l’on suit l’économiste Jean-Marc Daniel [1], nous faisons face aujourd’hui au grand retour des Feuillants, ce courant révolutionnaire dont l’un des membres historiques aujourd’hui les plus connus est l’auteur de la loi mettant fin aux corporations et autres associations existantes sous l’Ancien Régime, Isaac Le Chapelier, et dont les deux figures actuelles seraient, bien sûr, Emmanuel Macron et Manuel Valls. Ainsi, la boucle est bouclée et il est grand temps de quitter la scène, de mettre fin à tout ce cirque pour décrisper la situation et commencer à vivre.

[1Valls, Macron, le socialisme de l’excellence à la française — Pour un manifeste feuillant, cité dans le dernier numéro de Le Nouvel Économiste.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0