Notes ouvertes

Notes de lecture : le Bulletin critique des sciences, des technologies et de la société industrielle

Accueil > Points de vue > Notes ouvertes > Notes de lecture : le Bulletin critique des sciences, des technologies et de (...)

vendredi 1er juillet 2016

Je lis dans le Bulletin critique des sciences, des technologies et de la société industrielle (Notes & Morceaux Choisis n°6, octobre 2004 [1]), entre autres choses utiles, d’intéressantes remarques. En particulier celle-ci : « la machine-outil ne supprime pas les travaux répétitifs, elle les facilite, remplaçant la majeure partie de la dépense physique par une tension nerveuse » (p.11).

Bien qu’il s’agit ici de menuiserie et d’ébénisterie, la remarque est très généralisable. Mais, en règle générale, si la machine-outil facilite certains travaux répétitifs, elle en élimine aussi beaucoup, pour en créer une multitude d’autres plus répétitifs encore. Cela se produisit en particulier lors de la mise en ligne des machine-outils, pour un travail à la chaîne où le rythme est transmis aux « opérateurs » humains par l’installation mécanique.

Le remplacement d’une grande partie de la dépense physique, qui est un besoin humain, par une tension nerveuse que tous préféreraient éviter, a aujourd’hui été effectué dans tous les secteurs de la production, et le reste de dépense physique a été largement rendu extrêmement répétitif, avec rythme imposé et pauses impromptues interdites. La satisfaction du besoin de dépense physique que le travail est apte à satisfaire est ici gâché par l’excès quantitatif (durée et intensité) et qualitatif (postures non adaptées au corps humain, répétitivité, insuffisante fréquence de pauses).

Cette évolution n’a pas tellement réduit les tâches physiques que nécessitent la production, puisque l’on produit du jetable, ou tout au moins du rapidement obsolète, et puisque l’on a multiplié les « besoins ».

 

Par ailleurs, page 13 il est noté que l’on parle de « pays émergeant » « pour ne plus avoir à parler de pays pauvres ou de pays du Tiers-Monde ». Mais, de ces trois expressions, c’est bien la première ici mentionnée qui est, de loin, la plus méprisante ! Elle est, d’ailleurs, un pur produit de l’idéologie progressiste.

[1Je ne suis pas très à jour  ! En fait, je ne connaissais tout simplement pas, ce qui est un peu fautif de ma part.

Réagir à l'article :
LE DEVENIR
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0