Extraits

Vers le cybernanthrope
Denoël/Gonthier, 1971, p.12

Dégrisons-nous

Accueil > Bibliothèque > Extraits > Dégrisons-nous

mardi 7 novembre 2017

Longtemps, on a prétendu que les « retombés de la technique » sur la vie des communautés humaines, ou de ce qu’il en restait, n’étaient que les à-cotés des énormes évolutions technologiques "de pointe", comme la conquête spatiale et l’exploitation de l’atome.

 

Abaissons nos yeux et notre pensée vers ce qui nous environne. Ne laissons plus les regards s’égarer. Revenons à la surface, celle de la terre, celle de notre corps. Et de là redescendons non pas vers des profondeurs abyssales mais vers la chair et le sang. Dégrisons-nous. […] Considérons notre microcosme. Il va mal. […] Tout se passe comme si les maîtres du Cosmos [de notre techno-science] devaient un jour pas tellement lointain quitter ce navire en perdition, la Terre, pour une planète mieux réussie, et cela sous les applaudissements des naufragés. Tout se passe comme si l’espèce humaine avouait son échec et s’avouait ratée, avec sa demeure, la Terre. Si l’humanité avorte, si les signes se multiplient du grand Echec, à la pensée lucide d’en tirer les leçons.
Henri Lefebvre, Vers le cybernanthrope (titre de la première édition, en 67 : Contre les technocrates), 1967/1971.

 

Mais aujourd’hui, c’est très ouvertement et très directement que le démon technologique s’occupe beaucoup plus de la société que de la conquête spatiale et de l’art de détruire l’« ennemi ». Après avoir découvert que la domination ne passe pas nécessairement par la conquête ou la destruction, il peut s’en faire une vertu. Le gestionnaire peut enfin être "honoré" (et payé) plus que le conquérant. Car c’est lui qui domine, c’est lui le maître, il n’est plus le premier valet du marchand-banquier (dont il pourra bientôt, vraisemblablement, se débarrasser).

La cybernétique, le "numérique", ou la domination du point de vue du rond-de-cuir. Nous sommes tous, aujourd’hui, fonctionnarisés à demi, aux trois quart ou en totalité. C’est, semble-t-il, le dernier stade par où l’on passe avant d’être mécanisé.

Les totalitarismes du XXe siècle n’étaient que des égarements momentanés dans cette longue marche vers une rationalisation quantitative de la vie, une transformation des communautés en une société non pas rationnelle mais comptable ; vers la fin de la vie humaine.

 
 
LE DEVENIR
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0